Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


mercredi 21 avril 2010

à paraître: Bourdieu, théoricien de la pratique, Raisons Pratiques, n° 21

Bourdieu
Théoricien de la pratique
Michel de Fornel & Albert Ogien (eds.)
Coll. : Raisons pratiques
EHESS
à paraître 2011


Ce livre propose une clarification inédite du cœur de la théorie sociale de Bourdieu : sa conception de la pratique. Sociologues, philosophes et linguistes suivent son raisonnement, le confrontent aux nouvelles approches sociologiques.
Alors que le « moment Bourdieu » et les débats passionnels qu’il a suscités commencent à s’estomper, ce livre examine l’usage des notions que Bourdieu a introduites dans le lexique de la sociologie et de l’anthropologie et qui en font désormais partie : champ, habitus, capital, réflexivité, familiarité, intérêt, désintéressement, critique, position scolastique. Sociologues, philosophes et linguistes s’attachent ainsi, chacun à leur manière, à rendre compte d’un aspect de la théorie de la pratique de Bourdieu, en ouvrant une réflexion sur sa pertinence et sur les lacunes et contradictions qui ont provoqué sa remise en cause ou son rejet.
Ce livre n’est pas un plaidoyer pour ou contre Bourdieu. Il cherche plutôt à présenter une confrontation raisonnée de ses thèses avec celles qui ont été élaborées par les approches qui, depuis une vingtaine d’années maintenant, ont renouvelé l’enquête en sciences sociales, en l’orientant résolument vers l’analyse empirique de la pratique, dont la collection « Raisons pratiques » a été l’un des lieux majeurs de développement en France.


SOMMAIRE
I. THÉORIE
James Bohman – Réflexivité, agentivité et contrainte : les paradoxes de la sociologie de la connaissance de Pierre Bourdieu
Frédéric Vandenberghe – Pierre Bourdieu et le réalisme critique
Cyril Lemieux – Le crépuscule des champs. Limites d'un concept ou disparition d’une réalité historique ?
II. POLITIQUE
Bruno Karsenti – De Marx à Bourdieu. La critique et le dilemme de la pratique
Albert Ogien – L’antinomie oubliée. Ou la critique sociale a-t-elle besoin d’une théorie de la pratique ?
Bertrand Geay – Objectivation et auto-analyse : une sociologie de la pratique militante.
III. LANGAGE
Michel de Fornel – Bourdieu et l’anthropologie linguistique
Bruno Ambroise – Quelle rationalité de l’efficacité performative ?
IV. ACTION
Ilana Silber – L’intérêt de Bourdieu pour le désintéressement. Un exemple de « double vérité » ?
Laurent Perreau – « Quelque chose comme un sujet » : Bourdieu et la phénoménologie
Claude Gautier – Critique et criticisme : de l’extériorité des points de vue chez P. Bourdieu

Aucun commentaire: