Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


jeudi 31 mars 2011

écouter: Jean-Pierre Salgas, Gombrowicz, un structuraliste de la rue

écouter: Jean-Pierre Salgas, pour son livre Gombrowicz, un structuraliste de la rue
A plus d'un titre, par Jacques Munier, 21.03.2011

Jean-Pierre Salgas
Gombrowicz, un structuraliste de la rue
Suivi de
Witold Gombrowicz
«La littérature émigrée et le pays natal» et autres textes

Collection «Philosophie imaginaire»
Editions de l'éclat
2011


Présentation de l'éditeur
«L’œuvre de Gombrowicz est comme une fusée de science-fiction lancée en direction de quelque année 2000 d’un Cap-Canaveral bizarrement situé dans une gentilhommière polonaise d’avant-guerre. Le plus curieux, c’est que cet engin “futurible” est bricolé avec les moyens du bord, un peu de bois, un peu de brique, un peu de boue, rien qu’on n’ait pu trouver à portée de la main dans une cour de ferme, une rue de province d’Europe Orientale, il y a quelque quarante ans» écrivait Kot Jelenski dans Le Monde, quelques mois avant la disparition de l’écrivain (1904-1969). Près de cinquante ans plus tard, la prophétie Gombrowicz anticipe plus que jamais les questions de notre présent – de la littérature «mondiale» à la planète «mondialisée».
Auteur d’un Witold Gombrowicz ou l’athéisme généralisé (Seuil 2000), Jean-Pierre Salgas revient ici sur la trajectoire à rebours de l’«auteur de Ferdydurke», romancier-philosophe passé de la «périphérie de l’Europe» (Pologne) à la «périphérie du monde» (Argentine), avant de s’achever dans l’«entre-centre» (Paris), et se définissant lui-même comme un «structuraliste de la rue».
Commentateur intarissable de ses propres œuvres, il a laissé une multitude d’articles et d’entretiens, dont cinq (inédits en français) plus deux (depuis longtemps inaccessibles) viennent enrichir le présent volume.

Jean-Pierre Salgas, né en 1953, est critique depuis 1983 (La Quinzaine littéraire, France-Culture, Art-press...), et professeur d’Histoire et Théorie des Arts depuis 1992 (Tourcoing, Nancy, Bourges). Il a été commissaire des expositions: 1968-1983-1998. Romans mode d’emploi (ADPF, 1998), Les Trois Mousquetaires : Witkacy, Schulz, Gombrowicz, Kantor (Nancy 2004), Regarde de tous tes yeux regarde, l’art contemporain de Georges Perec (Nantes 2008), et co-auteur du film Christian Boltanski, signalement, Centre Georges Pompidou, 1992.

Sommaire. Préface: «Lundi Gombrowicz, mardi Gombrowicz» I. Une «non divine comédie» (Sur le théâtre de Gombrowicz). II. Gombrowicz dans les règles de l’art. III. L’histoire de la philosophie à rebours. IV. De la «filistrie». V. «Les Trois Mousquetaires».

Textes de Witold Gombrowicz : 1. Prologue à la première édition espagnole de Ferdydurke (1947). 2. «Je défends les Polonais contre la Pologne» (1952). 3. «Mon conseil avant de mourir» (1954). 4. «La littérature émigrée et le pays natal» (1956). 5. Préface à l’édition varsovienne de Trans-Atlantique (1957). 6. Interview accordée à Radio Free Europe (1963). 7. Biographie de Witold Gombrowicz, par Witold (et Rita) Gombrowicz (1969).

Aucun commentaire: