Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


mercredi 25 janvier 2012

Colloque international CERAM : Usages de Bourdieu du côté des deux rives, 28 janvier 2012


Usages de Bourdieu du côté des deux rives : l’utilisation des outils sociologiques au sein des sciences humaines
Colloque international CERAM (Centre de recherches sur l’Afrique et la Méditerranée) /Ecole de Gouvernance et d’Economie de Rabat
Samedi 28 janvier 2012 à Rabat (Al Irfane) 14h30-18h. 
Organisateurs : Loubna El Khloui, Jean Zaganiaris

Les travaux de Pierre Bourdieu (1930-2002) ont considérablement marqué la recherche en sciences humaines. Des concepts tels que « habitus », « champ », «capitaux » ou bien « violence symbolique », ainsi qu’une démarche visant à remettre en cause les anthropocentrismes et les évidences admises sur le mode de l’allant de soi, ont été employés par les sociologues mais aussi par les anthropologues, les philosophes, les économistes, les littéraires, les juristes, les linguistes et les historiens. Si les travaux de Bourdieu ont leur genèse dans l’Algérie coloniale, ils se sont très vite orientés vers les domaines de la culture et de la politique, animés par un « souci sociologique » de dévoilement du caché. Même s’il s’agit de rendre hommage à ce grand sociologue à l’occasion du 10e anniversaire de sa mort, l’objet de ce colloque n’est pas de commenter l’œuvre de Pierre Bourdieu mais de présenter des recherches marocaines et européennes au sein desquelles elle est utilisée, y compris de manière critique. Comme le rappelle Gérard Mauger, « Si l’œuvre de Pierre Bourdieu a tout pour déconcerter les intellectuels, c’est aussi parce qu’il n’a pas cessé de mettre en garde contre la lecture scholastique, spontanément pratiquée par les intellectuels. Lecture de lector, elle consiste à réduire l’œuvre à sa dimension purement théorique et à commenter les concepts au lieu de s’en servir […] Son ambition était de transmettre des outils de recherche, des instruments théoriques et des dispositions scientifique : « J’ai toujours été immergé dans des projets de recherche empiriques et les instruments théoriques que j’ai construits n’étaient pas conçus pour le commentaire et l’exégèse mais pour les utiliser dans de nouvelles recherches»[1]. C’est cet axe qui sera le fil conducteur de ce colloque. De quelle manière utilise-t-on aujourd’hui, du côté des deux rives, les outils forgés par Pierre Bourdieu ? De quelle façon est-ce que les concepts de cet auteur sont employés au sein des différentes disciplines des sciences humaines ? C’est en ce sens qu’il nous a paru important d’organiser ce colloque à Rabat et de susciter une rencontre entre des universitaires marocains et français qui ont été proches de Bourdieu mais aussi des jeunes chercheurs qui l’utilisent dans leur travaux.

Programme

14h30 – 15h00: Introduction : Pierre Bourdieu : un sociologue de la pluralité ?

Penser la construction de l’objet à partir de Bourdieu : objectivation de la recherche et pratiques sociales
15h20 : Frédéric Lebaron, Professeur de sociologie, CURAPP/CNRS, Université Picardie Jules Verne : « Bourdieu et l'analyse des structures sociales du champ économique: perspectives et usages d'un programme de recherche sociologique »
15h40 : Grazia Scarfò, Professeure de Sociologie générale et de Sociologie des organisations à Ecole Hassania des Travaux Publics – Casablanca : « Le métier du sociologue ou 'repenser' le terrain à la lumière de la réflexivité bourdieusienne»
15h40 : Jean Zaganiaris, Enseignant chercheur CERAM/ EGE Rabat : « Objectiver les gender studies au Maroc à partir de Bourdieu : la question de l’anthropocentrisme »
16h20 : Débat 
Modérateur : Aurelien Lécina, DASP, EGE Rabat
16h20-16h40 : Youssef Benzouine, Moaad Boussekri, Ismaïl Jabri, Antoine Perrier, étudiants EGE Rabat et Sciences Po Paris. Présentation de la revue Kaléidoscope : « Elargir la question du déterminisme chez Bourdieu : le couple Sartre-Beauvoir»



Penser la politique à partir de Bourdieu : culture, action publique et militantisme
16h40 : Nasser Suleiman Gabryel, Enseignant chercheur, Université de Mohammedia/Faculté poly disciplinaire d’El Jadida : « La distinction culturelle et la sociologie de l’occidentalisation arabe : dette et usage de la sociologie de la culture de Bourdieu »
17h20 : Pascale Laborier, Professeure de science politique, ISP/CNRS, Université Paris Ouest Nanterre : « Penser l’action publique à partir de Bourdieu et Foucault »
17h40 : Joseph Hivers, doctorant, Institut d’études politiques internationales (IEPI), Lausanne : « Penser l'habitus en contexte autoritaire : les incidences biographiques du militantisme et la socialisation politique des militants de gauche au Maroc »
17h40-18h00 : Débat et conclusion
Modératrice : Loubna El Khloui, CERAM/EGE

Pour toute demande d’informations, merci de contacter : zaganiaris@yahoo.fr
CERAM/EGE Rabat
Avenue Ben Abdellah Regragui,
Al Irfane BP 6283 10112 Rabat Maroc

Aucun commentaire: