Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


mercredi 22 février 2012

video-audio: Claude Gautier, La Force du social. Enquête philosophique sur la sociologie des pratiques de Pierre Bourdieu


écouter: Claude Gautier, La Force du social. Enquête philosophique sur la sociologie des pratiques de Pierre Bourdieu
Le Journal de la philosophie par François Noudelmann, 21.02.2012


Claude Gautier
La Force du social
Enquête philosophique sur la sociologie des pratiques de Pierre Bourdieu
Cerf
Passages
2012

Présentation de l'éditeur
Qu'il s'agisse de poser les principes d'une nouvelle épistémologie des pratiques de connaissance, d'une nouvelle sociologie des pratiques ordinaires, la posture critique de Pierre Bourdieu implique des décisions théoriques et s'adosse à une ontologie du social qu'il importe de décrire et de mettre au jour préalablement. Raison pour laquelle notre enquête sera philosophique.
Si de nombreux travaux récents sur l'œuvre de Pierre Bourdieu ont mis en avant des proximités importantes avec certains aspects de la philosophie contemporaine du langage et de la phénoménologie, il a paru éclairant, pour l'interprétation de concepts comme ceux d'habitus et de disposition, de rapprocher méthodologiquement la sociologie des pratiques de quelques lectures pragmatistes de l'expérience et de l'action.
On sera alors en mesure de comprendre l'importance d'un retour à l'héritage durkheimien qui, infléchi par une lecture critique et subtile de l'anthropologie structurale, donne aux concepts de force et de contrainte une nouvelle opérativité et une fécondité heuristique de premier plan. Les descriptions sociologiques du monde social peuvent alors rendre compte de l'existence de rapports de confrontation et de domination. Penser sociologiquement la force du social revient donc à prendre au sérieux ce qui fait l'historicité du monde social des pratiques qui est un monde des sens communs.
On espère, pour finir, et contre des détracteurs prévenus et enclins aux reconstructions mythologiques, convaincre le lecteur que cette vision du monde social, pour être désenchantée et marquée au coin d'une lucidité inquiète, n'en est pas moins soucieuse de rendre aux agents qui habitent le monde, une capacité effective, pratique, à produire les principes d'intelligibilité de leurs conduites et de leurs expériences.
Claude Gautier est actuellement professeur de philosophie à l'université Paul-Valéry, Montpellier-III. Parmi ses dernières publications : « David Hume et les savoirs de l'histoire », Paris, Vrin-EHESS, 2005 ; « Adam Ferguson, An Essay on the History of Civil Society : nature, histoire et civilisation », Paris, Presses universitaires de France, 2011.

Aucun commentaire: