Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


samedi 19 janvier 2013

Jean-Yves Authier, Espace et socialisation. Regards sociologiques sur les dimensions spatiales de la vie sociale

Jean-Yves Authier
Espace et socialisation
Regards sociologiques sur les dimensions spatiales de la vie sociale  
Editions universitaires europeennes
2012

4ème de couverture
« Tout ce que l’homme est et fait, affirmait Edward Hall, est lié à l’expérience de l’espace. » Mais quelles sont précisément les expériences spatiales des individus et en quoi ces expériences participent-elles à leur socialisation ? Ces questions sont au centre des travaux de recherche que Jean-Yves Authier a menés sur les politiques de réhabilitation et les processus de gentrification des quartiers anciens centraux, sur le rôle et la place du logement dans les sociabilités, et sur les dimensions territoriales des modes de vie urbains. À partir de ces travaux, et à partir de nombreuses autres recherches réalisées par d’autres chercheurs, Jean-Yves Authier explore dans cet ouvrage les rapports entre espace et socialisation, en s’intéressant successivement à la question des « effets de lieux » (de quartier, de milieux, de contexte), au poids des expériences résidentielles et des espaces « hérités » dans la formation sociale des individus, et aux liens entre rapports à l’espace et identités sociales.

Aucun commentaire: