Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


samedi 12 janvier 2013

video: "Quels féminismes pour changer la société ?", Séminaire de la Fondation Copernic, 08.01.2013

"Quels féminismes pour changer la société ?"



Cinquième séance, le 8 janvier 2013, de la saison 2012-2013 du Séminaire mensuel de la Fondation Copernic, "PENSÉES ET PRATIQUES D’ÉMANCIPATION", en partenariat avec la revue Mouvements et avec le soutien du programme ANR UTOPIES19

Les invité-e-s :
  • Geneviève FRAISSE, philosophe et historienne du féminisme, directrice de recherche au CNRS, ancienne présidente du comité scientifique de L’Institut Émilie du Châtelet et ancienne députée au Parlement Européen ; elle a récemment publié À côté du genre. Sexe et philosophie de l’égalité (Le Bord de l’eau, 2010) et un livre d’entretien, La Fabrique du féminisme (Le Passager clandestin, 2012)
  • Roland PFEFFERKORN, professeur de sociologie à l’Université de Strasbourg, membre du laboratoire CNRS "Cultures et Sociétés en Europe", est spécialiste des inégalités sociales dans la France contemporaine, privilégiant une approche croisant rapports sociaux de sexe et de classe ; co-auteur, notamment de Chemins de l’émancipation et rapports sociaux de sexe (La Dispute, Collection "Le genre du monde", 2009), et du Système des inégalités (La Découverte, 2008)
  • Catherine ACHIN, professeure de Science politique à l’Université Paris Est-Créteil, membre du CRESPPA (Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris), propose une sociologie des mouvements féministes et une histoire sociale des idées féministes ; co-auteure, notamment, de Sexes, genre et politique (Economica, 2007) et de Femmes en politique (La Découverte, coll. Repères, 2006).
GENEVIÈVE FRAISSE



CATHERINE ACHIN


ROLAND PFEFFERKORN 



(source: Fondation Copernic)

Aucun commentaire: