Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


jeudi 28 mars 2013

Jean-Claude Werrebrouck, Banques centrales : indépendance ou soumission ?

Jean-Claude Werrebrouck
Banques centrales : indépendance ou soumission ?
Un formidable enjeu de la société
Yves Michel
2013

Présentation de l'éditeur
En ces temps de crise économique, on parle beaucoup des banques centrales. Indépendantes ou non vis-à-vis des États, émettrices de monnaie, « prêteurs en dernier ressort », quel est vraiment leur rôle et en quoi leur fonctionnement est-il révélateur de celui de nos sociétés ?
Les banques centrales, institutions logées entre pouvoir politique et pouvoir financier, expriment, dans leurs actions sur la monnaie, le rapport de forces – très complexe – entre ces deux pouvoirs. Et ce rapport de forces exprime lui-même un certain « état du monde ». C’est dire que bien déchiffrer l’identité et les règles du jeu de fonctionnement des banques centrales est un atout fondamental pour bien comprendre les caractéristiques et le fonctionnement des sociétés concrètes.
Ex professeur de sciences économiques à l’Université de Lille 2, Jean-Claude Werrebrouck s’est d’abord intéressé aux questions du développement, puis de l’économie pétrolière. Devenu directeur D’IUT, puis l’un des fondateurs des Instituts Universitaires Professionnalisés (IUP), il a orienté ses réflexions vers les questions liées au fonctionnement de l’Etat et du management public en général.
C’est l’avènement de la présente crise qui l’a invité à redéployer partiellement le champ de ses réflexions avec la publication récente de près d’une centaine d’articles sur ce qu’il appelle la « crise des années 2010 », et pour laquelle il a conçu un blog. www.lacrisedesannees2010.com
Jean-Claude Werrebrouck est aussi engagé dans des groupes d’actions et de réflexions tels « Roosevelt 2012 » ou le « manifeste pour un débat sur le libre échange ».

Aucun commentaire: