Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


lundi 10 juin 2013

Alice Bravard, Le grand monde parisien. 1900-1939. La persistance du modèle aristocratique


Alice Bravard  
Le grand monde parisien 
1900-1939. La persistance du modèle aristocratique
Préface de Christophe Charle
P.U. Rennes
2013


Présentation de l'éditeur
Parce qu'il se trouvait au sommet de la hiérarchie d'une société, précocement entré dans un processus de démocratisation et converti aux idéaux républicains, le grand monde parisien, fine fleur de l'aristocratie française, eut à subir une mise en cause anticipée de ses positions. Pourtant, à la fin du XIXe siècle, il conserve l'essentiel de ses pouvoirs et incarne toujours un idéal social et culturel prégnant.
La Grande Guerre, rupture convenue dans l'histoire des élites anciennes, période butoir marquant "la fin d'un monde" et l'avènement d'un nouvel ordre social, ne semble pas même avoir atteint la vitalité du groupe autrement que dans sa chair. Les années 1920 poursuivent l'euphorie collective de la Belle Epoque, que le premier conflit mondial n'avait fait qu'interrompre. Il faut attendre la fin des années 1930 pour voir ce monde dépassé sur les plans politique et idéologique, affaibli sur le plan économique et terni aux yeux des Français, par l'ascension d'élites nouvelles, bourgeoises et républicaines.
Ainsi, le lent déclin des élites anciennes, annoncé et largement fantasmé depuis la Révolution française, s'esquisse-t-il lentement dans l'entre-deux-guerres et n'aboutit-il, en fait, qu'après 1945.

Alice Bravard est professeur agrégée de l’enseignement secondaire, docteur en histoire contemporaine et chercheur rattachée au Centre de recherches en histoire du XIXe siècle (universités de Paris-I et Paris-IV). Elle travaille sur la place des élites anciennes dans la société française contemporaine.

Aucun commentaire: