Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


jeudi 9 janvier 2014

Max Weber, La domination

Max Weber
La domination
Traduit de l’allemand par Isabelle Kalinowski
Introduction et édition critique française par Yves Sintomer
La Découverte
2014

Présentation de l'éditeur
Près d’un siècle après sa publication en allemand, La Domination est enfin disponible en traduction française, sur la base de l’édition critique de référence. Il s’agit d’une pièce fondamentale de la sociologie politique de Max Weber.
Ces manuscrits, rédigés avant la Première Guerre mondiale, sont fascinants par leur érudition et leur inventivité conceptuelle. C’est en les rédigeant que Weber forge des notions qui restent aujourd’hui encore des références incontournables pour toute sociologie politique : les trois modes de domination légitime, le passage de la domination des notables à la domination des partis de masse, l’opposition groupe de statut (Stand)/classe (Klasse), le patrimonialisme, la hiérocratie, la domination charismatique et le charisme de fonction n’en sont que les exemples les plus célèbres. 
Weber se lance dans une sociologie historique comparative qui préfigure l’histoire globale. Brossant un tableau impressionnant par son ampleur de vue, l’auteur construit les idéaux-types des différents régimes de domination pour mettre le monde occidental moderne en perspective : les dominations bureaucratique, patrimoniale, féodale et charismatique sont ainsi passées en revue. Il étudie aussi les relations entre domination spirituelle et domination temporelle. 
Cette sociologie historique place le projecteur « par en haut », adoptant le point de vue des dominants et de leur appareil de domination. Elle jette une lumière sans fard sur la réalité des rapports sociaux et pose en retour une série de défis : comment penser l’action des dominés ? Comment articuler le rôle de savant et celui de politique ? Comment bâtir des idéaux-types de la politique qui dépassent radicalement l’eurocentrisme ?
Table des matières
Note éditoriale sur les éditions de Wirtschaft und Gesellschaft et leurs traductions françaises
Note éditoriale sur la présente traduction de La domination
Introduction, par Yves Sintomer

Le contexte de la rédaction
Une approche sociologique
De la domination
Typologies de la domination
Une conception élitiste de la politique
Le savant et le politique
Quel comparatisme ?
I / La domination
1. Pouvoir et domination. Formes de transition
2. Domination et administration. Nature et limites de l'administration démocratique
3. La domination par l'« organisation ». Raisons de sa validité
II / La domination bureaucratique
1. Le mode de fonctionnement spécifique du fonctionnariat moderne
2. La position du fonctionnaire
3. Les présupposés sociaux et économiques du fonctionnariat moderne
4. La domination bureaucratique
III / La domination patrimoniale
1. De la domination patrimoniale
La domination patriarcale - La domination patrimoniale - L'armée patrimoniale - Les « sujets politiques » du prince patrimonial - Les groupements liturgiques
2. L'administration patrimoniale
Les fonctionnaires patrimoniaux - Les prébendes - Entre stéréotypisation et arbitraire
3. Le fonctionnement des administrations patrimoniales
L'Égypte ancienne - L'Empire chinois - Domination patrimoniale et décentralisation - L'administration des juges de paix en Angleterre - L'administration fondée sur le rang social dans la Russie tsariste
4. Patrimonialisme et féodalisme
IV / Le féodalisme
1. Le système féodal
Fief et féodalisme : définitions - Fiefs et prébendes - Féodalismes orientaux - L'armée féodale - Le lien vassalique - Honneur et statut social - Le droit féodal - Les tendances à la stéréotypisation - L'État des Stände - Les tendances à la bureaucratisation - L'éducation féodale
2. Les formes structurelles des dominations patrimoniale et féodale dans leur relation avec l'économie
Structure économique et organisation politique - Le rôle du commerce dans le patrimonialisme et le féodalisme - Patrimonialisme patriarcal et capitalisme (1) - Féodalisme et capitalisme - Patrimonialisme patriarcal et capitalisme (2) - Puissances politiques et frappe de monnaie - Les types de conduite de vie dans le féodalisme et le patrimonialisme patriarcal et leur rapport au capitalisme
V / La domination charismatique
1. Le charisme
Le charisme comme relation extra-quotidienne - Charisme et royauté
2. La transformation du charisme
Le charisme dans son rapport à la tradition, à la bureaucratie et au communisme - La quotidianisation du charisme - La domination charismatique : la question de la succession - La succession par élection : démocratie, domination des notables et bureaucratisation partidaire - La quotidianisation du charisme, source d'émergence de l'État et de la royauté - La quotidianisation du charisme : la succession héréditaire - Le charisme de fonction - L'éducation au charisme
3. Préservation du charisme et discipline
La discipline - La discipline guerrière - Du communisme de guerre à la rationalisation de la discipline guerrière - La discipline d'entreprise - Le charisme institutionnalisé : la monarchie parlementaire
VI / L'État et la hiérocratie
1. La hiérocratie : charisme de fonction religieux et pouvoir politique
Le césaropapisme - L'Église et le charisme de fonction - Le monachisme - L'ascèse monastique et sa rationalisation - Monachisme et pouvoir politique - Monachisme et charisme de fonction hiérocratique - Charisme politique et charisme religieux - Hiérocratie et théologie
2. La hiérocratie et sa relation à l'économie
Hiérocratie, bourgeoisie et noblesse féodale - L'impact de l'activité économique de la hiérocratie sur le développement économique en général - L'impact de la conduite de vie hiérocratique sur l'économie - Le communisme charismatique - Les accommodements éthiques de l'Église avec le capitalisme - L'impact du capitalisme et de la démocratie modernes sur la domination hiérocratique
3. Le pluralisme religieux occidental dans son rapport avec le capitalisme et la démocratie modernes
Églises luthériennes et capitalisme - Calvinisme, ascèse intramondaine et capitalisme - Religion juive et capitalisme - Les sectes protestantes, le capitalisme et le système moderne des droits
Index. 
Max Weber (1864-1920) est le principal fondateur de la sociologie allemande, auteur d’une oeuvre majeure aujourd’hui encore étudiée dans le monde entier. Il est notamment l’auteur de L’Éthique protestante et l’Esprit du capitalisme, d’Économie et société ou de Le Savant et le Politique.

Aucun commentaire: