Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


samedi 22 février 2014

à paraître: Eric Hobsbawm, Et le monde changea.Réflexions sur Marx et le marxisme, de 1840 à nos jours

Eric Hobsbawm
Et le monde changea
Réflexions sur Marx et le marxisme, de 1840 à nos jours
Traduit de l'anglais par Frédéric Joly
Jacqueline Chambon
Mars 2014

Présentation de l'éditeur
Au cours des cent soixante-trois années qui suivirent la publication du Capital de Karl Marx, la doctrine qui porte son nom fut adoptée par des millions de personnes, partout dans le monde, et ce au nom de l’égalité, pour finir, tout aussi spectaculairement, par tomber en disgrâce auprès du monde occidental avec le retrait du communisme à la fin du siècle dernier. Mais alors que le libre marché dérégulé, sans frein, atteint aujourd’hui ses limites extrêmes, alors que se font pleinement ressentir les répercussions catastrophiques, notamment pour l’environnement, d’un abandon de toute régulation, un réexamen de l’ennemi le plus vigoureux et le plus éloquent du capitalisme n’a jamais été plus opportun.
Eric Hobsbawm propose dans ce recueil de textes (écrits tout au long de sa longue carrière d’historien) un portrait intellectuel de Marx, ainsi qu’un panorama fascinant, subtil et perspicace du marxisme et de sa réception. Il se penche ici sur ses influences si diverses, de Machiavel au mouvement Quaker, sur ses origines, de la Révolution française à la philosophie allemande. Il examine avec probité et présente à son lecteur avec pédagogie les textes-clé, les “classiques” de Marx et Engels, du Manifeste communiste aux Grundrisse.
Ce faisant, il nous fait prendre conscience du rôle crucial qui fut celui de Friedrich Engels, mais aussi, concernant le siècle suivant, de l’importance de l’œuvre d’un autre grand intellectuel, Antonio Gramsci, nous faisant notamment (re-)découvrir ainsi les extraordinaires Cahiers de prison. Les textes ici regroupés constituent une excellente analyse de la réception sur cent soixante-dix ans de ce corpus de pensée qui, nous rappelle l’auteur, relève bien plus du work in progress que du bloc monolithique.
Eric Hobsbawm analyse enfin le spectaculaire revers de fortune subi par le marxisme au cours des trente dernières années. Brillant, incisif, énergique, ambitieux par l’étendue des sujets qu’il embrasse, mais toujours nuancé, d’une grande perspicacité, Et le monde changea convainc sans peine son lecteur que Karl Marx est un penseur aussi précieux pour le xxie siècle qu’il put l’être pour les deux siècles précédents.
Historien de réputation internationale, né en Égypte en 1917, Eric Hobsbawm est notamment l'auteur de L'Ère des révolutions : 1789-1848 (Fayard, 1970), L'Ère des empires : 1875-1914 (Fayard, 1989), L'Ère du capital (Hachette Littératures, 1997), Franc-tireur : autobiographie (Ramsay, 2005), Les Enjeux du XXIe siècle (Complexe, 2000), Nations et nationalismes depuis 1780 : programme, mythe, réalité (Gallimard, 1992) et L'Age des extrêmes : histoire du court vingtième siècle (Complexe, 2003).

Aucun commentaire: