Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


dimanche 21 septembre 2014

écouter: Delphine Diaz, Un asile pour tous les peuples ? Exilés et réfugiés étrangers dans la France du premier XIXe siècle


écouter:
Delphine Diaz, Un asile pour tous les peuples ? Exilés et réfugiés étrangers dans la France du premier XIXe siècle
Licences Politiques, par Alexis Fournol et  Armand Terrien, 15.11.2014

Delphine Diaz, Un asile pour tous les peuples ? Exilés et réfugiés étrangers dans la France du premier XIXe siècle
La Fabrique de l'Histoire par Emmanuel Laurentin, 17.11.2014

Delphine Diaz 
Un asile pour tous les peuples ? 
Exilés et réfugiés étrangers dans la France du premier XIXe siècle
Armand Colin
2014

 Lire l'extrait

Présentation de l'éditeur
Entre la fin du le Ie Empire et les derniers jours de la IIe République, la France a été l'une des terres d'accueil les plus libérales du continent avec la Grande-Bretagne. Ayant hérité de l'époque révolutionnaire un devoir d'asile envers les étrangers "bannis pour la cause de la liberté", les régimes successifs se sont paradoxalement accordé à cet égard. Cet ouvrage se propose de croiser deux approches souvent dissociées dans l'étude de l'asile réservé aux étrangers en France : l'analyse des dispositifs qui ont encadré l'accueil, et celle des formes d'engagement que ces étrangers venus pour motifs politiques ont pratiquées dans le pays d'asile.
Si ce double regard semble nécessaire, c'est que les interactions entre les exilés politiques et la société d'accueil ont été fortes en cette première moitié du siècle, en raison de leur participation aux débats et aux combats qui ont animé, voire déchiré la scène politique française. Symétriquement, les dispositifs d'accueil élaborés en réponse à l'arrivée des exilés ont contribué à construire une certaine identité de la France, comme terre d'asile pour tous les peuples opprimés
Ouvrage publié avec le soutien du labex TransferS, et avec le concours du Musée de l’histoire de l’immigration.
Delphine Diaz Chercheuse LaEx rattachée à l'UMR 8138 "IRICE". A enseigné l'histoire contemporaine à Paris 1 Panthéon-Sorbonne (2009-2013) et à Sciences Po Paris et Paris 8 (professeur vacataire). 

Aucun commentaire: