Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


lundi 24 novembre 2014

Connaître. Questions d’épistémologie contemporaine, Sous la dir. de Jean-Marie Chevalier & Benoit Gaultier


Connaître 
Questions d’épistémologie contemporaine 
Sous la dir. de Jean-Marie Chevalier & Benoit Gaultier
Ithaque
2014

Présentation de l'éditeur
Qu’est-ce que la connaissance ? Que pouvons-nous connaître ? Et comment connaissons-nous ? Ces questions philosophiques classiques relèvent de l’épistémologie, qui excède largement l’histoire philosophique des sciences à laquelle elle se trouve trop souvent réduite. Attentif aux enseignements des sciences de la cognition comme aux exigences normatives de la connaissance, le présent volume introduit aux questions les plus débattues de l'épistémologie contemporaine de façon nouvelle et accessible. Ses chapitres ont été rédigés par une nouvelle génération de philosophes francophones dont les recherches s’inscrivent résolument dans les débats internationaux les plus vifs.
Que connaissons-nous grâce à nos sens ? Quelle confiance accorder à la perception ? À la mémoire ? Au témoignage ? Raisonner nous permet-il d’élargir le domaine de nos connaissances ? Est-il possible d’étendre nos capacités cognitives ? L’art et les émotions sont-ils des outils de connaissance à part entière ? La connaissance de soi est-elle d’un genre particulier ? Que pourrions-nous savoir de Dieu ? Qu’est-il possible de connaître a priori ? À quelles conditions nos jugements sont-ils justifiés ? Y a-t-il des normes de la croyance et de l’enquête ? Telles sont les questions épistémologiques fondamentales auxquelles ce livre est consacré.

Avec les contributions de : Reinaldo J. Bernal Velàsquez, Jean-Marie Chevalier, Yannick Chin-Drian, Sandrine Darsel, Filipe Drapeau Vieira Contim, Santiago Echeverri, Benoit Gaultier, Marie Guillot, Olivier Massin, Conor McHugh, Anne Meylan, Kourken Michaelian, Sébastien Réhault, Pierre Steiner, Fabrice Teroni
Benoit Gaultier est docteur de l'Institut Jean Nicod (Paris). Après avoir été chercheur rattaché à la chaire de Métaphysique et philosophie de la connaissance, au Collège de France, il poursuit à l'université d'Helsinki ses recherches sur l’épistémologie analytique contemporaine et la tradition pragmatiste.
Jean-Marie Chevalier étudie la philosophie de Charles S. Peirce et les théories du raisonnement. Normalien, agrégé, il a été maître de conférences au Collège de France, et travaille aujourd'hui au sein du groupe DiaMind à l'université d'Helsinki. 

Aucun commentaire: