Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


lundi 2 février 2015

Jean-Claude Chamboredon, Jeunesse et classes sociales

Jean-Claude Chamboredon
Jeunesse et classes sociales
Edition de Paul Pasquali
Préface de Florence Weber
Rue d'Ulm
2015

Présentation de l'éditeur
Jean-Claude Chamboredon a marqué le renouveau de la sociologie française dans les années 1960 aux côtés de Pierre Bourdieu et de Jean-Claude Passeron, coauteurs avec lui du Métier de sociologue. Le présent ouvrage rassemble des articles, parus entre 1966 et 1991, qui ont fait date. Il montre la profondeur et l’actualité de son œuvre sur des thèmes toujours brûlants : la culture adolescente, la vie en HLM, la délinquance, l’école maternelle. Penser avec Chamboredon aujourd’hui, c’est montrer le poids social de l’âge, la relégation des banlieues, les inégalités des citoyens devant la justice, les effets pervers du pédagogisme, ou encore le rôle de l’école maternelle et de la prime éducation dans la reproduction des disparités culturelles entre les classes sociales.

Jean-Claude CHAMBOREDON est né en 1938. Normalien littéraire, il s’est formé à la sociologie aux côtés de Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, avec lesquels il a coécrit Le Métier de sociologue (1968). Pivot de la première équipe de chercheurs réunis autour de Bourdieu, il a enseigné à l’ENS jusqu’en 1988 avant de rejoindre l’EHESS Marseille. Il a publié un grand nombre d’articles qui ont fait date sur divers sujets : culture adolescente, cités HLM, délinquance juvénile, petite enfance, mondes ruraux, chasse, création artistique, système scolaire, histoire du durkheimisme, etc. Il a aussi contribué, en tant que traducteur, préfacier ou critique d’ouvrages, à introduire en France des auteurs étrangers de premier plan tels que Basil Bernstein, Howard Becker, Edward Thompson et Raymond Williams. Fondateur du Laboratoire de sciences sociales de l’ENS, il a formé plusieurs générations de sociologues parmi lesquels François Héran, Jean-Louis Fabiani, Michel Bozon, Pierre-Michel Menger, Anne-Marie Thiesse, Florence Weber, Stéphane Beaud et Pierre-Paul Zalio.
Paul PASQUALI est sociologue, chargé de recherche au CNRS. Il a récemment publié un ouvrage sur l’expérience des étudiants bénéficiaires de l’ouverture sociale des grandes écoles (Passer les frontières sociales, Fayard, 2014). Il mène actuellement une recherche sur l’histoire des enquêtes de terrain en France. Une partie de ce travail porte sur Jean-Claude Chamboredon et a été publiée dans la revue Genèses, en 2012.
L’auteur de la préface, Florence WEBER, enseigne la sociologie et l’anthropologie sociale à l’ENS. Elle a notamment contribué au renouveau de l’enquête ethnographique en France à partir des années 1990. 

Aucun commentaire: