Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


jeudi 26 mars 2015

Maryse Bresson, Fabrice Colomb, Jean-François Gaspar (dir.), Les territoires vécus de l'intervention sociale

Maryse Bresson, Fabrice Colomb, Jean-François Gaspar (dir.)
Les territoires vécus de l'intervention sociale
Presses Universitaires du Septentrion
Le regard sociologique
2015

Présentation de l'éditeur
La territorialisation, en déplaçant les politiques publiques nationales vers l'échelle locale, permet-elle de dépasser les limites des politiques sociales et de repenser l’enjeu du « vivre ensemble » ?
Les auteurs, sociologues et politistes de différents pays apportent un éclairage renouvelé sur cet enjeu majeur des réformes engagées depuis les années 1980, en se situant sous l’angle des territoires vécus par les acteurs.
Sans occulter les différences selon les territoires, l’ouvrage met en évidence une remarquable convergence des évolutions dans leurs pays. La montée en puissance des systèmes locaux et les partenariats, les modes d’organisation et de partition renouvelés de l’espace et des pratiques professionnelles sont resitués dans un mouvement plus global de fragmentation et d’individualisation du social, justifiant l’idée de territorialisation néolibérale. Pourtant, les facettes de la territorialisation sont multiples, inséparables de la diversité des « problèmes » que s’attache à résoudre l’intervention sociale. Les interactions et les luttes pour définir les rôles de chacun, politiques, professionnels, bénévoles contribuent à la façonner. Et trop souvent alibi de réformes qu’ils perçoivent peu et mal, les usagers-bénéficiaires mettent en œuvre des formes de réappropriation. Aussi cet ouvrage invite à poursuivre et ouvrir les débats sur le type de solidarité qui, à travers la territorialisation, participe d’un processus général de transformation de la société.
Maryse Bresson, Professeure de sociologie, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Fabrice Colomb, Maître de conférences en sociologie, Université d’Evry Val d’Essonne, Centre Pierre Naville. Jean-François Gaspar, Maître assistant, Haute Ecole Louvain en Hainaut, Haute Ecole Namur-Liège-Luxembourg, Centre d’Etudes et de Recherches en Ingénierie et Action Sociales, Centre européen de sociologie et de science politique (équipe CSE).

Aucun commentaire: