Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


lundi 20 avril 2015

Agone 56. Porte-parole, militants et mobilisations


Agone 56
Porte-parole, militants et mobilisations
2015

Présentation de l'éditeur
Coordination : Baptiste Giraud, Julian Mischi et Étienne Penissat
« C’est le train-train de la vie syndicale puis, un beau matin, on vous appelle. Le patron me dit : ”Voilà, je vais annoncer ce soir que je suis dans l’obligation de virer 250 personnes. Je vous le dis en avant-première.” Vous pensez, c’est 9 heures du matin, j’ai peut-être pas bien compris, je vais lui faire répéter. Et là, c’est vraiment un choc, parce que tout de suite vous réalisez que des mecs que vous côtoyez depuis des années vont se faire virer. Vous êtes assis, scotché, et il vous arrive deux tartes dans la gueule. Mais là où j’ai été surpris, c’est que je pensais que ça allait secouer les mecs, et rien. Ça bougeait pas. Il a fallu que je monte sur l’estrade et là, j’ai vu pour la première fois de ma vie un monde fou. J’ai pensé : t’es là, t’y vas. C’est marrant ce calme relatif. Comme s’ils attendaient que quelqu’un prenne la décision pour eux pour dire, on arrête. Il fallu lancer le truc. Et une fois qu’on a dit qu’il fallait y aller, c’était fini, ils n’attendaient que ça. »
Chaque mobilisation est exposée au risque d’être récupérée par les appareils militants. Tout en éclairant les risques de bureaucratisation et de confiscation des mouvements sociaux dans les processus d’organisation et de représentation, ce numéro se donne pour but de contrer le dénigrement (dans l’air du temps) de l’ensemble des militants au motif qu’ils seraient de toute façon intéressés aux prises de position. Ce dossier veut ainsi contrer l’idée que tous les permanents syndicaux seraient les mêmes – des dirigeants nationaux – alors qu’il est parfaitement possible d’être déchargé de ses heures de travail pour faire de l’action militante (et donc, être en position de force face au patronat, lui aussi organisé) tout en restant profondément lié à son entreprise et à ses collègues.

sommaire :
Porte-parole, militants et mobilisations : Éditorial, par Baptiste Giraud, Julian Mischi et Étienne Penissat - "Les mouvements populaires. Comment ils réussissent, pourquoi ils échouent", par Richard A. Cloward et Frances Fox Piven - "Un usage contrôlé de la grève. Le « sens des limites » d’un délégué syndical de la CGT", par Baptiste Giraud - "Freins et incitations à la promotion des ouvrières dans les syndicats dans les années 1970", par Fanny Gallot - "Entre apprentissage syndical et insubordination ouvrière : les délégués de chaîne de Citroën et Talbot (1982-1983)", par Vincent Gay - "Préserver un entre-soi populaire. Portrait d’un porte-parole associatif comme rempart face aux élus locaux", par Cyrille Rougier - "Construire la demande de participation pour asseoir le marché de la démocratie participative", par Alice Mazeaud et Magali Nonjon - "Sous le bonnet, la classe. Retour sur le mouvement des « Bonnets rouges »", par Marion Rabier
Histoire radicale : "1936 : les comités révolutionnaires en Espagne", par Ronald Fraser - "En catalogne libertaire. Un « simple militant » de la Gauche révolutionnaire de la SFIO témoigne sur Barcelone en juillet 1936", par Maurice Jaquier

Aucun commentaire: