Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


lundi 25 avril 2016

Norbert Elias, J'ai suivi mon propre chemin, Un parcours dans le siècle suivi de Respect et critique

 

Norbert Elias
J'ai suivi mon propre chemin 
Un parcours dans le siècle suivi de Respect et critique
traduit et présenté par Antony Burlaud
Les éditions sociales
Les parallèles
2016

Présentation de l'éditeur
Le sociologue Norbert Elias (1897-1990) revient, ici, sur sa vie et sur la lente élaboration de son œuvre.
Pour ce théoricien de l’interdépendance, comprendre une trajectoire singulière exige d’éclairer l’époque, le tissu social, le réseau de contraintes, de « chaînes invisibles » et d’événements dans lequel elle est prise.
Dans le premier texte, Elias retrace avec simplicité son itinéraire. Il évoque sa formation, la montée du nazisme, l’expérience douloureuse de l’exil, le mûrissement progressif de sa pensée, sa découverte de l’Afrique, et la reconnaissance tardive dont il a fait l’objet, tout en ponctuant son récit de mises au point théoriques éclairant son travail.
Dans le second, il prend prétexte d’un hommage à son collègue Adorno pour préciser le sens de sa démarche intellectuelle et exposer sa propre conception du travail sociologique. Aux considérations sur l’humanisme, le marxisme, le rapport du chercheur aux « autorités » s’ajoute une réflexion inquiète sur le retour périodique de la violence dans l’histoire allemande.
Rassemblés, ces deux textes dessinent l’autoportrait d’un des plus grands sociologues du xxe siècle, dont l’œuvre est lue et commentée dans le monde entier.
Norbert Elias est un écrivain et sociologue allemand (1897-1990). Il doit fuir le nazisme en 1933. Emigré en Angleterre, en France, il ne trouve une reconnaissance que très tard, en particulier en Allemagne. Il est l'auteur d'un ouvrage majeur de sociologie historique, Sur le processus de civilisation.

Aucun commentaire: