Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


mardi 7 mars 2017

écouter: Maurizio Ferraris, Mobilisation totale


écouter: Maurizio Ferraris, Mobilisation totale
L'invité du 12h30, 07.11.2016
Maurizio Ferraris
Mobilisation totale
PUF
2016
Présentation de l'éditeur
Pour la première fois dans l’histoire du monde, grâce au téléphone mobile, nous avons l’absolu dans notre poche. Mais avoir le monde en main signifie aussi, automatiquement, être aux mains du monde.
Toutes les cinq secondes en moyenne, votre portable se manifeste à vous. Cet ouvrage se penche sur ce phénomène de société et montre comment cette sollicitation permanente se transforme en dispositif de mobilisation.
Qui dit mobilisation dit militarisation. Ainsi le mobile nous transforme en militaires, abolissant la distinction entre public et privé, entre jour et nuit, entre travail et repos, en nous mobilisant en permanence : nous voilà sommés d’être sans cesse responsables, de ne rien oublier ni pardonner. Le portable aurait-il contribué à l'émergence d’un nouvel état de guerre ? 
Traduit de l’italien par Michel Orcel
Philosophe, professeur à Turin, Maurizio Ferraris a été directeur de programme au Collège international de philosophie à Paris. Il est notamment l’auteur du Manifeste du nouveau réalisme (Hermann, 2014) et de Goodbye, Kant ! (éditions de l’Éclat, 2009).




Aucun commentaire: