Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


samedi 20 mai 2017

Publications de Pierre Bourdieu: à propos de Thomas Bernhard


"Entreprendre de penser l'Etat, c'est s'exposer à reprendre à son compte une pensée d'Etat, à appliquer à l'Etat des catégories de pensée produites et garanties par l'Etat, donc à méconnaître la vérité la plus fondamentale de l'Etat1. Cette affirmation, qui peut paraître à la fois abstraite et péremptoire, s'imposera plus naturellement si, au terme de la démonstration, on accepte de revenir à ce point de départ, mais armé de la connaissance d'un des pouvoirs majeurs de l'Etat, celui de produire et d'imposer (notamment par l'école) les catégories de pensée que nous appliquons spontanément à toute chose du monde, et à l'Etat lui-même. 
 Mais, pour donner une première traduction plus intuitive de cette analyse, et faire sentir le danger que nous courons toujours d'être pensés par un Etat que nous croyons penser, je voudrais citer un passage des Maîtres anciens de Thomas Bernhard : "L'école est l'école de l'Etat, où l'on fait des jeunes gens les créatures de l'Etat, c'est-à-dire rien d'autre que des suppôts de l'Etat. Quand j'entrais dans l'école, j'entrais dans l'Etat, et comme l'Etat détruit les êtres, j'entrais dans l'établissement de destruction des êtres. (...) L'Etat m'a fait entrer en lui de force, comme d'ailleurs tous les autres, et m'a rendu docile à lui, l'Etat, et a fait de moi un homme étatisé, un homme réglementé et enregistré et dressé et diplômé, et perverti et déprimé, comme tous les autres. Quand nous voyons des hommes, nous ne voyons que des hommes étatisés, des serviteurs de l'Etat, qui, durant toute leur vie servent l'Etat et, dès lors, durant toute leur vie servent la contre-nature"2. 
La rhétorique très particulière de Thomas Bernhard, celle de l'excès, de l'hyperbole dans l'anathème, convient bien à mon intention d'appliquer une sorte de doute hyperbolique à l'Etat et à la pensée d'Etat. On ne doute jamais trop, quand il s'agit de l'Etat. Mais l'exagération littéraire risque toujours de s'anéantir elle- même en se déréalisant par son excès même. Et pourtant, il faut prendre au sérieux ce que dit Thomas Bernhard : pour se donner quelque chance de penser un Etat qui se pense encore à travers ceux qui s'efforcent de le penser (tels Hegel ou Durkheim par exemple), il faut tâcher à mettre en question tous les présupposés et toutes les préconstructions qui sont inscrits dans la réalité qu'il s'agit d'analyser et clans la pensée même des analystes.
1 - Ce texte est la transcription, partielle et corrigée, d'une conférence donnée à Amsterdam le 29 juin 1991. 
2 - T. Bernhard, Maîtres anciens (Alie Meister Komödie), Paris, Gallimard, 1988, p. 34. "
Pierre Bourdieu, in Esprits d'Etat. Genèse et structure du champ bureaucratique, Actes de la recherche en sciences sociales, 1993, Numéro 96-97, pp. 49-62, aussi in Raisons pratiques, Seuil, 1994, Points Essais, 1996


Publications de Pierre Bourdieu 
à propos de Thomas Bernhard




(Cette liste de publications sera mise à jour au fur et à  mesure,  Gilbert Quélennec)
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Extrait de l'émission  Le bon plaisir de Pierre Bourdieu , par Pascale Casanova, 23/6/90
Avec la participation de Jacques Derrida, Jérôme Lindon, Georges Duby, Tassadit Yacine, Pierre Encrevé, Loïc Wacquant, Haruhisa Kato et Denis Podalydès.

Esprits d'Etat. Genèse et structure du champ bureaucratique, Actes de la recherche en sciences sociales, 1993, Numéro 96-97, pp. 49-62, aussi in Raisons pratiques, Seuil, 1994, Points Essais, 1996

Raisons pratiques. Sur la théorie de l'action, Seuil, 1994, Points Essais, 1996, p.101-102

Méditations pascaliennes, Seuil, Liber, 1997, Points Essais, 2003, p.10

Sur l'Etat. Cours au Collège de France, 1989-1992, Raisons d'agir/Seuil, 2012, Cours & Travaux, p.339, 528, 578

Manet. Une révolution symbolique. Cours au Collège de France, 1998-2000, Raisons d'agir/Seuil, Cours & Travaux, 2013, p.180 





--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 
 
voir également:  

Pierre Bourdieu:" j'ai dit quelque part que j'avais deux modèles conscients: Proust et Flaubert." 

Publications de Pierre Bourdieu: à propos de Virginia Woolf  


Publications de Pierre Bourdieu: à propos de Kafka

Publications de Pierre Bourdieu: à propos de William Faulkner 

Publications de Pierre Bourdieu: Le champ littéraire, Le champ artistique et Le champ de la critique

Publications de Pierre Bourdieu: autour de la revue Liber- Revue européenne des livres (Revue internationale des livres à partir de 1994)

Interventions de Pierre Bourdieu: avec le Parlement International des Ecrivains 

Publications de Pierre Bourdieu: autour du livre Les règles de l'art

Publications de Pierre Bourdieu: autour de la Domination masculine

Publications de Pierre Bourdieu: sociologie de la culture, du cinéma, de la photographie, de la littérature, de l'art, de la musique
 


 



Aucun commentaire: