Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


mardi 20 juin 2017

Explorer la ville contemporaine par les transferts. Sous la direction de Susanna Magri et Sylvie Tissot

 
Explorer la ville contemporaine par les transferts
Sous la direction de Susanna Magri et  Sylvie Tissot
P.U. de Lyon
Sociologie urbaine
2017

Présentation de l'éditeur
Des enseignes commerciales identiques, la ségrégation sociale et ethnique des quartiers, une pollution grandissante, l’émergence d’une élite internationale navigant d’une « ville globale » à une autre : c’est vers un même modèle que les cités du monde semblent se diriger. Si les raisons de s’inquiéter de cette tendance ne manquent pas, on peut s’interroger sur la réalité d’une figure unique, de standards imposant à terme une uniformité urbaine parfaite. Car la diversité des architectures, la pesanteur des héritages matériels et immatériels, la particularité persistante des modes de vie, impriment aux villes d’aujourd’hui des formes qui restent extraordinairement variées.
Pour comprendre cette diversité, ce livre propose un nouveau modèle d’analyse invitant à s’intéresser aux transferts. Nous savons depuis longtemps que les villes se transforment à la faveur des migrations. Mais les déplacements d’autres acteurs – administrateurs, universitaires ou experts – font aussi voyager les mots et les choses. Le succès des modèles d’organisation sociale et spatiale qu’ils promeuvent, souvent à travers de grands organismes internationaux, dépend des contextes locaux de réception. Et les habitants – migrants et autochtones – viennent inscrire de façon singulière dans l’espace leurs manières de faire, leurs normes du vivre ensemble et leurs interprétations de labels internationaux. Éternels réceptacles et fabriques d’inégalités, les villes se conjuguent néanmoins au pluriel, sous des formes hybrides. Ce sont ces dynamiques que ce livre invite à explorer.
Susanna Magri est directrice de recherche émérite au CNRS. Ses travaux de sociologie portent principalement sur l’habitat populaire et les politiques urbaines au XXe siècle. Elle a participé à de nombreuses études d’histoire urbaine et aux réflexions sur la méthodologie de recherche dans ce domaine. Elle a longtemps animé la revue Genèses, sciences sociales et histoire.
Sylvie Tissot est professeure de science politique à l’Université Paris 8. Elle a étudié la genèse et la circulation de la catégorie de « quartier sensible » en France. Son dernier livre porte sur la mise en pratique du mot d’ordre de la « diversité » par un groupe de gentrifieurs à Boston (De bons voisins : enquête dans un quartier de la bourgeoisie progressiste, Raisons d’agir, 2011).

 

Aucun commentaire: