Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


samedi 30 octobre 2010

Enquêter : de quel droit ? Menaces sur l’enquête en sciences sociales, Coordonné par Sylvain Laurens - Frédéric Neyrat



Enquêter : de quel droit ?
Menaces sur l’enquête en sciences sociales

Coordonné par Sylvain Laurens - Frédéric Neyrat
Éditions Le Croquant
2010

Face aux normes éthiques et aux règles juridiques qui régissent la vie privée ou la propriété intellectuelle, les sociologues, et plus largement tous les chercheurs en sciences sociales, se voient de plus en plus souvent opposés les droits des personnes enquêtées ou d’autres principes supérieurs, jusqu’à voir parfois la réalisation de leur enquête ou sa publication menacées.
Cet ouvrage a pour objet ces tensions entre droit à l’enquête et droits des enquêtés, ce croisement conflictuel entre la légitimité scientifique et différents registres possibles de mise en suspens du droit à l’enquête. Il a pour ambition de créer un espace de confrontation et d’échanges sur des expériences d’enquêtes passées qui ont pu être limitées voire interrompues par la volonté des enquêtés ou des autorités. Il est aussi l’occasion de faire le point sur les droits que peuvent faire valoir les chercheurs en sciences sociales mais aussi sur leurs devoirs face à une judiciarisation croissante des rapports sociaux qui pourraient menacer à terme leur autonomie.
Verra-t-on bientôt en France, comme cela peut être déjà le cas dans certaines universités américaines, des chercheurs faire signer à leurs enquêtés des questionnaires attestant du caractère « non violent » des questions posées ? A l’inverse, le bricolage et les arrangements sur mesure dont s’accommodent généralement les chercheurs peuvent-ils garantir le fonctionnement pérenne d’une recherche en sciences sociales sur le long terme ?

Sylvain Laurens est sociologue, maître de conférences à l’université de Limoges. Il a travaillé sur les hauts fonctionnaires, les politiques migratoires (Une politisation feutrée, Belin, 2009). Ses recherches actuelles portent sur les élites économiques à Bruxelles.
Frédéric Neyrat est sociologue, maître de conférences à l’université de Limoges. Ses recherches portent sur l’éducation permanente et l’enseignement supérieur. Il a publié, en collaboration Universitas Calamitatum (Éditions du Croquant, 2003) et Pour l’éducation permanente (Syllepse, 2005) et a dirigé l’ouvrage collectif La validation des acquis de l’expérience. La reconnaissance d’un nouveau droit. (Éditions du Croquant, 2007).

Liste des auteurs : Carolina Boe, Elisabeth Dugué, Mustapha El Miri, Nicolas Fischer, Isabelle Frechon, Pernelle Issenhuth, Sylvain Laurens, Guillaume Malochet, Philippe Masson, Michaël Meyer, Delphine Naudier, Frédéric Neyrat, Alain Oriot, Nicolas Rafin, Sébastien Roux, Pinar Selek, Isabelle Sommier, Juan Torreiro, Carine Vassy, Géraldine Vivier

Introduction
Le chercheur saisi par le droit : l’enquête et les sciences sociales en procès ?
Sylvain Laurens & Frédéric Neyrat


Première partie
La juridiciarisation de l’enquête

Écriture sociologique et labellisation politique : réflexions autour d’un procès en diffamation
Juan J. Torreiro & Isabelle Sommier

Un rapport qui vise juste mais qui tombe mal ? Vie et destin d’une recherche sur les directeurs de service à la Protection judiciaire de la jeunesse
Élisabeth Dugué & Guillaume Malochet

La restitution aux enquêté-e-s : entre déontologie et bricolages professionnels ?
Delphine Naudier

Éditer des enquêtes en sciences sociales : les risques pour l’éditeur
Entretien avec Alain Oriot, éditeur


Seconde partie
Pratiques d’enquête : comment se négocie in situ le droit des enquêtés ?

L’ethnographe en milieu fermé. Deux enquêtes sur les étrangers en prison et en rétention administrative face à l’expertise associative et aux enjeux de la publication
Carolina Boe & Nicolas Fischer

La transparence du voile. Critique de l’anonymisation comme impératif
déontologique
Sébastien Roux

« Tu veux ma photo ? ». Droit de regard et droit à l’image
dans la sociologie visuelle
Michaël Meyer

Concilier les droits de chacun : une éthique en dynamique.
Enquête auprès de mineurs « protégés »
Pernelle Issenhuth, Géraldine Vivier, Isabelle Frechon

Enquêter sur les conflits judiciaires d’ordre privé, ou comment concilier les déontologies du juriste et du sociologue
Nicolas Rafin

« Je n’allais pas leur donner les noms, c’est une question d’éthique »
Entretien avec Pinar Selek
(sociologue turque et militante féministe), mai 2010


Troisième partie
Les codes de déontologie comme impasse et réponse défensive ?
Réflexions et comparaisons internationales

Contrôles éthiques des recherches en sciences sociales : pratiques anglo-saxonnes et répercussions françaises
Carine Vassy

Une charte de déontologie est-elle utile ?
Mustapha El Miri & Philippe Masson


Conclusion
Plaidoyer en faveur d’un « droit à l’enquête »
…plutôt que pour une éthique à éclipses
Sylvain Laurens & Frédéric Neyrat

Aucun commentaire: