Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



mardi 18 septembre 2018

audio: Gisèle Sapiro, Les Ecrivains et la politique en France. De l'Affaire Dreyfus à la guerre d'Algérie




audio: Gisèle Sapiro, Les Ecrivains et la politique en France. De l'Affaire Dreyfus à la guerre d'Algérie

Entre œuvre et histoire, les lieux d'écrivains (2/4)Entre littérature et politique, les écrivains d’extrême-droite, des années 1930 à l’épuration
avec Anne Simonin
La Fabrique de l'Histoire par Emmanuel Laurentin,  le 18/09/2018

Écrivains et politique, un compagnonnage ambigu
Politique ! par Hervé Gardette, le   08/09/2018
Gisèle Sapiro
Les Ecrivains et la politique en France  
De l'Affaire Dreyfus à la guerre d'Algérie 
Seuil
2018 
Présentation de l'éditeur
De l’affaire Deyfus à la fin des années 1960, on ne compte plus les écrivains qui ont incarné en France la figure de l’« intellectuel », celui qui s’engage dans la cité en mobilisant son pouvoir symbolique.
On pense tout de suite à Zola. Mais aussi à Aragon, à Malraux, à Sartre, à Simone de Beauvoir, et à tant d’autres. Autrement dit, d’abord aux écrivains de gauche ou, à tout le moins, réputés « progressistes ». Cependant, si Malraux fut le premier ministre de la Culture français, et si le modèle sartrien de l’engagement a connu une diffusion mondiale, il ne faudrait pas oublier pour autant ceux qui, au nom de leur engagement à droite, se sont illustrés dans les années sombres de notre histoire : Maurras, Brasillach, Rebatet, Drieu la Rochelle, Céline. Le regain d’intérêt pour leurs écrits les plus virulents dans un contexte de montée de l’extrême droite et de la xénophobie nous invite au contraire à un retour sur l’histoire de leurs engagements.
De fait, toutes les représentations étudiées dans ce livre demeurent profondément ancrées dans notre culture politique et ont même connu un regain d’actualité depuis les années 1990, qu’il s’agisse des catégories de droite et de gauche (malgré les tentatives de nier leur validité), du débat Orient/Occident (le « choc des civilisations »), ou encore des affrontements politiques autour de l’« identité nationale ». Elles constituent le vivier auquel puisent les intellectuels, les prophètes et les idéologues d’aujourd’hui, comme en témoigne l’épilogue de ce livre.
D’où la nécessité d’en revisiter l’histoire et d’en comprendre les ressorts culturels et professionnels, comme nous le propose cet essai documenté et profondément neuf, qui interroge aussi les formes de l’engagement.
Gisèle Sapiro est directrice de recherche au CNRS et directrice d’études à l’EHESS. Auteure de La Guerre des écrivains, 1940-1953 (Fayard, 1999), de La Responsabilité de l’écrivain (Seuil, 2011) et de La Sociologie de la littérature (La Découverte, 2014), elle a dirigé Translatio. Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation (2008), L’Espace intellectuel en Europe (2009) et Profession ? Écrivain (2017).

samedi 15 septembre 2018

Publications de Pierre Bourdieu: La circulation internationale des idées et le champ international




Publications de Pierre Bourdieu:
La circulation internationale des idées 
et 
le champ international



(Cette liste de publications sera mise à jour au fur et à  mesure,  Gilbert Quélennec)
 ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------





Publications de Pierre Bourdieu: La circulation internationale des idées

Post-scriptum: Du champ national au champ international, in Les structures sociales de l'économie, Seuil, 2000, P.273-280, aussi Unifier pour mieux dominer, in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001





 ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

voir également:

Publications de Pierre Bourdieu: Internationalisation de sa réflexion (en trois phases: Algérie; intellectuel collectif, conditions du comparatisme, circulation internationale des idées; contre le néolibéralisme, nouvelle vulgate planétaire, mouvement social européen)

Publications de Pierre Bourdieu: théorie des Champs (notion, logique spécifique, fondateurs de champs, ouvrages)


 



vendredi 14 septembre 2018

Comprendre le social dans la durée - Les études longitudinales en sciences sociales , Sous la direction de Joanie Cayouette-Remblière, Bertrand Geay, Patrick Lehingue


Comprendre le social dans la durée
Les études longitudinales en sciences sociales
Sous la direction de 
Joanie Cayouette-Remblière, Bertrand Geay, Patrick Lehingue
P.U.Rennes
Res Publica
2018

Présentation de l'éditeur
EN 1966, H. Becker écrivait que « les sociologues aiment parler de fonctionnement, de processus, etc., mais [que] leurs méthodes les empêchent, en général, de saisir concrètement les processus dont ils parlent si abondamment ». Près de cinquante ans plus tard, les techniques permettant de saisir les processus in itinere, que l’on a pris pour habitude de qualifier de longitudinales se sont développées. Ce qui frappe aujourd’hui, c’est moins l’absence de méthodes ajustées à l’étude longitudinale des phénomènes que la diversité des techniques et la dispersion des lieux où elles sont débattues. 
Ces méthodes de recueil et d’analyse longitudinales sont rarement discutées ensemble et sont au contraire souvent présentées comme constitutives de traditions de recherche opposées. C’est à ces différentes manières de faire usage des techniques longitudinales que cet ouvrage voudrait constituer une introduction. 
En partant d’exemples précis d’études conduites dans des domaines aussi différents que la participation électorale, la socialisation enfantine ou l’intégration des populations migrantes, on souhaite d’abord restituer les enjeux pratiques, théoriques et épistémologiques des différentes techniques de type longitudinal, qu’elles relèvent de l’ethnographie, de la statistique sur grands échantillons de population, du traitement de corpus de documents ou d’archives et de tous les cas intermédiaires de production et d’analyse des données. Résolument pratique, l’approche proposée pourra suggérer la part d’illusion qu’enferme la démarche longitudinale elle-même, comme ambition de rendre exhaustivement compte du social en train de se faire.  
Introduction
Les auteurs 



 

jeudi 13 septembre 2018

Gilles Laferté, L’embourgeoisement: une enquête chez les céréaliers


Gilles Laferté 
L’embourgeoisement: une enquête chez les céréaliers
Raisons d'Agir
Cours & Travaux
2018


Présentation de l'éditeur
Fin des paysans, crises agricoles, telles sont les représentations les plus communes sur les mondes agricoles. Au contraire, l’enquête ethnographique auprès des céréaliers de l’Est de la France présentée dans ce livre décrit un processus social large propre à de nombreux groupes sociaux bien au-delà de l’agriculture, celui d’embourgeoisement, compris non seulement comme un enrichissement, mais tout autant comme un sens donné à la mobilité sociale ascendante. Au-delà de l’accumulation du capital économique qui en est la condition, l’embourgeoisement se révèle comme une mobilité sociale conservatrice, ici collective, respectueuse de l’ordre social et de la légitimité culturelle des dominants, mobilité ascendante que l’on peut opposer à d’autres formes de mobilité sociale comme celles associées par exemple à la gentrification.
Ce livre décrit les mouvements de dépaysannisation initiés au début du xxe siècle et qui se sont prolongés jusqu’à l’embourgeoisement d’aujourd’hui. L’enquête détaille alors les revenus et le patrimoine de ces agriculteurs, leurs pratiques de consommation et leurs engagements, leurs manières d’habiter et leurs vacances, leurs diplômes et le devenir de leurs enfants, pour finalement faire de ces céréaliers contemporains une des figures qui intègrent les nouvelles franges patrimoniales et économiques de la bourgeoisie. Cette ethnographie des classes sociales démontre, au-delà des discours sur la détresse paysanne, combien l’agriculture française est plurielle.
Gilles Laferté est sociologue, directeur de recherche Inra à l'UMR Cesaer.

mercredi 12 septembre 2018

Gérard Mauger, Repères (II) pour résister à l'idéologie dominante



Gérard Mauger
Repères (II) pour résister à l'idéologie dominante
Du Croquant
Savoir/agir
2018

Présentation de l'éditeur
Ces repères pour résister à l’idéologie dominante transgressent les interdits récemment réactivés par divers rappels à l’ordre politiques et académiques.
Ils s’ingénient, en effet, à découvrir des « excuses sociologiques » aux « inexcusables » : qu’il s’agisse de s’interroger sur la sociogenèse des trajectoires djihadistes ou de tenter de rendre compte du vote FN d’une fraction des classes populaires. Ils s’efforcent de mettre en évidence divers procédés de légitimation d’inégalités « obscènes » : comme la célébration des « talents ». Ils mettent en évidence la division du travail discursif sur l’Union Européenne entre philosophes « à façon » et économistes « à gages ». Ils s’emploient à clarifier l’usage de catégories routinières (comme l’opposition « droite/gauche » ou la notion galvaudée de « populisme »), à dissiper le brouillage d’un champ politique devenu illisible et à rappeler les leçons de l’expérience grecque à ceux qui rêvent d’une « autre Europe ». Bien qu’ils s’imposent un double devoir de « réflexivité » et de « scientificité », ces repères qui mettent les ressources de la sociologie au service de ce genre de transgressions, s’exposent sans doute ainsi à réveiller toutes les formes d’anti-intellectualisme que suscite « l’engagement sociologique ». Pourtant, comme disait Durkheim, « la sociologie ne vaudrait pas une heure de peine si elle ne devait avoir qu’un intérêt spéculatif ».
Gérard Mauger, sociologue, est directeur de recherche émérite au CNRS, chercheur au Centre Européen de Sociologie et de Science Politique (CNRS - EHESS - Paris 1)

mardi 11 septembre 2018

audio: Alice Vannier à propos de sa mise en scène d'En réalités d’après La Misère du monde de Pierre Bourdieu

L'Heure bleue par Laure Adler, lundi 10 septembre 2018

En réalités

Prix du Jury et Prix du public 2018 - Prix Théâtre 13 / Jeunes metteurs en scène

Pierre Bourdieu / Alice Vannier

Compagnie Courir à la Catastrophe

25 septembre ▸ 7 octobre 2018

Théâtre 13

 

"En réalités" est une adaptation de "La Misère du monde", ouvrage sociologique fleuve, composé d'entretiens réalisés et analysés au début des années 1990 par une équipe de sociologues, sous la direction de Pierre Bourdieu, auprès d'individus de toutes catégories sociales. Ils mettent ainsi en avant le principe, créé par Bourdieu, de misère de position : chacun, quel que soit son milieu social, vit une forme de misère contemporaine qui doit être rendue visible ; les mécanismes de domination existent en réalité dans toutes les classes sociales.