« Je pense que les peuples ont pris conscience du fait qu’ils avaient des intérêts communs et qu’il y avait des intérêts planétaires qui sont liés à l’existence de la terre, des intérêts que l’on pourrait appeler cosmologiques, dans la mesure où ils concernent le monde dans son ensemble ». Pierre Bourdieu (1992)

vendredi 26 avril 2019

La politique désenchantée ? Perspectives sociologiques autour des travaux de Daniel Gaxie

La politique désenchantée ?
Perspectives sociologiques autour des travaux de Daniel Gaxie
Lorenzo Barrault-Stella, Brigitte Gaïti et Patrick Lehingue (dir.)
PUR
Res Publica 
2019


Présentation de l'éditeur
Cet ouvrage collectif propose une réflexion de politistes et de sociologues qui s’adosse aux travaux de Daniel Gaxie. C’est l’occasion de reprendre le débat autour des nombreux domaines qu’il a défrichés, qu’il s’agisse de travaux sur la représentation et la professionnalisation politiques, sur la politisation des « profanes », sur le militantisme et ses rétributions ou encore sur les luttes au principe de l’action publique. Le pari était le suivant : montrer comment cette sociologie qui, dans les années 1970, dévoilait les ressorts sociaux d’un enchantement largement partagé de la politique démocratique, montrant la faible démocratisation du recrutement des représentants, définissant les contours d’un « cens caché », critiquant une vision héroïsée de l’action publique, pouvait analyser aujourd’hui un monde politique nouveau, largement désenchanté (« crise » de la représentation, suspicions autour de l’activité politique, jugements désabusés sur son impuissance…). La fameuse lutte contre les prénotions qui habitait le métier de sociologue doit désormais emprunter des chemins beaucoup plus escarpés. Les textes réunis posent frontalement la question de l’actualisation des apports de cette sociologie politique et s’interrogent sur les manières de la renouveler en soulignant des manques, en suggérant des prolongements et en proposant des pistes pour l’avenir







jeudi 25 avril 2019

L'entreprise Macron, Bernard Dolez, Julien Fretel et Rémi Lefebvre (dir.)


L'entreprise Macron
Bernard Dolez, Julien Fretel et Rémi Lefebvre (dir.)
PUG
Libres cours Politique
2019


Présentation de l'éditeur
Comment résoudre l’énigme de l’élection d’Emmanuel Macron, ce jeune homme politique dépourvu des ressources qui expliquent habituellement la victoire à une présidentielle ?
Pour comprendre ce succès et saisir sa portée, l’ouvrage revisite la campagne et la mobilisation électorales, part à la recherche des électeurs de La République en Marche à la présidentielle et aux législatives puis, enfin, s’attache aux élites, cadres et militants d’une entreprise, dont le principal défi est désormais d’assurer sa pérennité.
Les auteurs proposent ainsi quelques clés essentielles non seulement pour comprendre ce qui s’est joué en 2017, mais aussi pour interroger le nouvel ordre partisan et électoral qui s’est mis en place et ainsi éclairer l’avenir en montrant que toute nouvelle entreprise politique est une construction fragile.
Contribuent à l’ouvrage :
L. Barrault-Stella (Paris), P.-Y. Baudot (Amiens), C. Berjaud (Paris), J. Bocquet (Lyon), M.-V.Bouquet (Amiens), P. Bréchon (Grenoble), R. Cos (Lille), S. Dahani (Toulouse), J.-M. Eymeri-Douzans (Toulouse), C. Gris (Paris), A.Laurent (Lille), P. Lehingue (Amiens), P. Leroux (Nantes et Angers), V.Martigny (Paris), S. Michon (Strasbourg), M. Offerlé (Paris), S. Strudel (Paris), É. Treille (Rennes).





 


mercredi 24 avril 2019

Le travail des dominations. De l’emprise aux résistances, Gaëtan Flocco, Frédéric Mougeot et Clément Ruffier (Coordinateurs)


Le travail des dominations
De l’emprise aux résistances 
Gaëtan Flocco, Frédéric Mougeot et Clément Ruffier (Coordinateurs)
OctareS
Le travail en débats
2019


Présentation de l'éditeur
Alors qu’elles ont joué un rôle majeur lors de la naissance de la sociologie du travail et de l’analyse du fordisme, les notions de domination et de résistance semblent de moins en moins utilisées aujourd’hui. Cette tendance est-elle le symptôme d’une transformation des rapports au travail ou, bien davantage, des catégories d’analyse des acteurs et des chercheurs ? C’est à cette question que les auteurs de cet ouvrage apportent des éléments d’éclairage à partir de positionnements théoriques variés mais surtout, d’analyses empiriques de multiples situations de travail. Ces contributions montrent toute l’actualité de la thématique des dominations et des résistances, qui concerne tous les secteurs, y compris ceux qui en étaient auparavant les plus préservés. Elles font aussi apparaître le profond renouvellement de cette thématique par la montée du chômage, l’apparition de nouveaux modèles de management fondées sur des formes « douces » de dominations et s’appuyant sur le consentement des individus ou encore sur des systèmes sociotechniques ou gestionnaires.

Issu des débats des réseaux thématiques 6 « Protections sociales, politiques publiques et solidarités », 30 « Sociologie de la gestion » et 25 « Travail, organisations, emploi » de l’Association française de sociologie, cet ouvrage fait le point sur les relations au travail en réhabilitant deux notions trop rapidement délaissées et qui constituent, encore aujourd’hui, un incontournable de la sociologie du travail.

Gaëtan Flocco est sociologue, maître de conférences à l’Université d’Évry Paris-Saclay et au Centre Pierre Naville.

Frédéric Mougeot est sociologue, membre du Centre Max Weber (UMR 5283).

Clément Ruffier est sociologue, chercheur associé au Centre Max Weber (UMR 5283) et chargé de mission à l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail.



lundi 22 avril 2019

La casse du siècle. À propos des réformes de l’hôpital public, Pierre-André Juven, Frédéric Pierru et Fanny Vincent

Pierre-André Juven 
Frédéric Pierru 
Fanny Vincent
La casse du siècle
À propos des réformes de l’hôpital public
Raisons d'agir
2019

Présentation de l'éditeur
Des couloirs transformés en hébergements de fortune, des personnels de santé au bord de la crise de nerfs, des mobilisations récurrentes, l’hôpital public est mis à rude épreuve. Ce livre propose une analyse des politiques hospitalières successives qui ont abouti à la crise actuelle. Une véritable casse de ce service public est engagée par des réformateurs adeptes de l’acculturation de l’univers médical à des logiques managériales qui contredisent son bon fonctionnement.
À l’encontre de toute évidence, les défenseurs d’une réorganisation du travail continuent de promouvoir à la fois des indicateurs de rentabilité ineptes et une vision techniciste de la médecine qui prétend substituer l’innovation aux relations humaines. Alors que la montée de la précarité et des souffrances sociales née de décennies de politiques néolibérales conduit une part croissante de la population à trouver refuge dans des services hospitaliers sous tension, l’hôpital se trouve devoir résister aussi bien aux manquements de la médecine de ville qu’à la concurrence de cliniques privées largement dispensées des obligations de service public. À l’heure où les mobilisations pour le défendre s’intensifient, un débat s’impose sur les missions de l’hôpital et les moyens qui lui sont accordés.



samedi 13 avril 2019

Publications de Pierre Bourdieu: L'analyse du changement & inventer et revisiter




Publications de Pierre Bourdieu
L'analyse du changement 
& 
inventer et revisiter



(Cette liste de publications sera mise à jour au fur et à mesure,  G.Q.)
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voir également:
 
 
 

vendredi 12 avril 2019

Laurent Lacroix et Claude Le Gouill, Le « processus de changement » en Bolivie

Laurent Lacroix et Claude Le Gouill
Le « processus de changement » en Bolivie
Éditions de l'IHEAL
2019

Présentation de l'éditeur
La Bolivie a connu une nouvelle médiation sur la scène internationale depuis l'arrivée au pouvoir d'Evo Morales en 2005. Premier président autochtone du continent, son arrivée devait marquer un tournant dans ce pays considéré comme le plus pauvre d’Amérique du Sud. Les sociologues Laurent Lacroix et Claude Le Gouill retracent dans cet ouvrage le contexte de cette victoire historique et les politiques mises en place durant les trois mandats successifs d’Evo Morales à la tête du pays, à la veille d’une élection controversée et cruciale pour l’avenir de la Bolivie.
Quelles ont été les principales mesures du gouvernement Morales en termes économiques et sociaux ? En quoi la Nouvelle Constitution de 2009 a refondé les bases de l’Etat dit «Plurinational» ? Comment le gouvernement a-t-il affronté les élites nationales et négocié avec les mouvements sociaux qui l’avaient porté au pouvoir ? En quoi la Bolivie n’est-elle aujourd’hui plus la même ? Voilà plusieurs des questions auxquelles répond cet ouvrage ambitieux qui se veut ouvert au grand public.

Laurent Lacroix est docteur en sociologie. Ses dernières recherches portent principalement sur l’État plurinational en Bolivie et en Équateur et sur les droits des peuples autochtones en Amérique latine.
Claude Le Gouill est docteur en sociologie, chercheur associé au CREDA. Ses recherches portent sur les communautés andines et les conflits environnementaux en Bolivie et sur le continent américain.

Sommaire

Introduction
Partie 1 – Les principales caractéristiques et actions du gouvernement d'Evo Morales
1. Emergence et développement du Movimiento al Socialismo (MAS)
2. Le retour de l'État
3. Les priorités de développement économique
4. Politiques sociales
5. Réformes des forces de l'ordre
Conclusion
Partie 2 – (Re)positionnements dans l'espace régional latino-américain et sur la scène internationale
1. Distanciation avec la Communauté Andine des Nations en processus de délitement
2. Une intensification des relations avec les pays du Mercosur
3. Un contentieux historique difficile à dépasser avec le Chili
4. La voie vénézuélienne chaviste
5. Positionnements à l'international et relations extrarégionales
Conclusion
Partie 3 – Nouveaux enjeux, nouvelles tensions
1. Un nouveau paradigme constitutionnel
2. Le gouvernement d'Evo Morales et les mouvements sociaux
3. Les ressources naturelles, le talon d'Achille ?
4. Restructuration et diversification de l’opposition politique
Conclusion
Conclusion générale
Bibliographie
Annexes




jeudi 11 avril 2019

audio: Vanessa Codaccioni, Répression, L’État face aux contestations politiques



La Grande table idées par Olivia Gesbert, 05/04/2019



Vanessa Codaccioni
Répression
L’État face aux contestations politiques 
Textuel
Petite EncyclopОdie Critique  
2019


Présentation de l'éditeur
Il ne se passe pas un seul jour sans que des militants ne soient confrontés à la répression. Violences policières, arrestations, gardes-à-vue et procès rythment aujourd’hui la vie politique et judiciaire. Aucune forme d’indignation politique n’y échappe : des gilets jaunes aux zadistes en passant par les écologistes, les militants solidaires, les féministes, les lycéens ou celles et ceux qui participent à des manifestations de rue, toutes et tous peuvent être confrontés à la police ou à la justice. Pour les acteurs de la répression, ce sont des « casseurs », des « délinquants » ou des « terroristes » qui sont visés. Il s’agit d’un déni stratégique dont l’objectif est d’invisibiliser le caractère politique de cette violence d’état et de nier que ce sont pour leurs idées ou leurs actions que des militantes ou militants sont arrêtés, inculpés ou jugés. En analysant les mécanismes contemporains de la répression, Vanessa Codaccioni dénonce la criminalisation de la contestation politique. Etudiant finement ses principaux dispositifs, elle éclaire l’une de ses logiques majeures : la dépolitisation de l’activisme par son assimilation au terrorisme ou à la criminalité de droit commun.
Spécialiste de la répression, Vanessa Codaccioni est maîtresse de conférence HDR à l’Université Paris 8, et membre du laboratoire CRESPPA-CSU. Elle a notamment publié chez CNRS Editions Justice d’exception. L’état face aux crimes politiques et terroristes (2015), et Légitime défense. Homicides sécuritaires, crimes racistes et violences policières (2018).