« Je pense que les peuples ont pris conscience du fait qu’ils avaient des intérêts communs et qu’il y avait des intérêts planétaires qui sont liés à l’existence de la terre, des intérêts que l’on pourrait appeler cosmologiques, dans la mesure où ils concernent le monde dans son ensemble ». Pierre Bourdieu (1992)

lundi 14 octobre 2019

en ligne: Pierre Bourdieu, Discours de réception de la Médaille d'or du CNRS, 7 décembre 1993



en ligne: Pierre Bourdieu, Discours de réception de la Médaille d'or du CNRS, 7 décembre 1993,  dans Regards Sociologiques, n° 47-48, « Sur Pierre Bourdieu », Simon Borja, Christian de Montlibert (dir.), Strasbourg, Association Regards sociologiques, 2018, aussi Medalha de ouro do CNRS 1993 Educação, Sociedade & Culturas, 2, 1994, P.31-38, aussi Extrait du discours de Pierre Bourdieu, prononcé le 7 décembre 1993, à l'occasion de la remise de la médaille d'or du CNRS, Sciences de l’Homme et de la Société , Lettre du Département des Sciences de l’Homme et de la Société du CNRS, N°64, 2002, P.4-5, aussi Elogio da Sociologia: Discurso de aceitação da Medalha de Ouro do CNRS , Revista Brasileira de Ciências Sociais, 28 (83), P. 2013, 25-31, aussi In Praise of Sociology: Acceptance Speech for the Gold Medal of the CNRS, in Sociology, February 2013, 47 (1): 7-14

© CNRS Photothèque/Nicole TIGET



en ligne: Pierre Bourdieu , Crise de l’Etat ou crise des agents de l’Etat ? (intervention retranscrite par Remi Lenoir), intervention au colloque Un dilemme européen: Europe sociale versus Europe pénale, 26 octobre 2001





en ligne: Pierre Bourdieu , Crise de l’Etat ou crise des agents de l’Etat ? (intervention retranscrite par Remi Lenoir),  intervention au colloque Un dilemme européen: Europe sociale versus Europe pénale, Université Libre de Bruxelles, 26 octobre 2001, dans Regards Sociologiques, n° 47-48, « Sur Pierre Bourdieu », Simon Borja, Christian de Montlibert (dir.), Strasbourg, Association Regards sociologiques, 2018

en ligne: "Réponses improvisées de Pierre Bourdieu aux Presses Universitaires de Strasbourg", exposé-débat sur les presses d’université, à l’occasion du 80e anniversaire de la création des Presses universitaires de Strasbourg, 1er juin 2001



en ligne: "Réponses improvisées de Pierre Bourdieu aux Presses Universitaires de Strasbourg", exposé-débat sur les presses d’université, à l’occasion du 80e anniversaire de la création des Presses universitaires de Strasbourg, Palais universitaire de Strasbourg, 1er juin 2001, (réponses retranscrites par Lucien Braun), dans Regards Sociologiques, n° 47-48, « Sur Pierre Bourdieu », Simon Borja, Christian de Montlibert (dir.), Strasbourg, Association Regards sociologiques, 2018





samedi 12 octobre 2019

Christophe Charle, Faire circuler les livres, l’histoire de Liber revue internationale des livres dirigée par P. Bourdieu (1989-98). L’impossible république des lettres (Mardi 24 mars 2020, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – IHMC)




Christophe Charle
Faire circuler les livres, l’histoire de Liber revue internationale des livres dirigée par P. Bourdieu (1989-98). L’impossible république des lettres

Salle de l’IHMC, escalier D, 3e étage
École normale supérieure
45 rue d’Ulm, Paris 5e
 
Mardi 24 mars 2020, 17 h 30 – 19 h 30
Séminaire de Master 2 / doctorat animé par Christophe CharleUniversité Paris 1 Panthéon-Sorbonne – IHMC
Séminaire 2019-20
Le mardi, une semaine sur deux, de 17 h 30 à 19 h 30
L'accès en auditeur libre aux séminaires de l'IHMC est possible, dans la limite des places disponibles. Cependant, en raison du plan Vigipirate, les personnes qui ne disposent pas de cartes d'étudiant ou professionnelles de l'ENS ou de Paris 1 devront se présenter avec une pièce d'identité à l'entrée de l'établissement.
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

voir également:

vendredi 11 octobre 2019

audio: Judith Lyon-Caen, La griffe du temps. Ce que l'histoire peut dire de la littérature




audio: Judith Lyon-Caen, La griffe du temps. Ce que l'histoire peut dire de la littérature
La Suite dans les idées par Sylvain Bourmeau, 09.03.2019
Judith Lyon-Caen
La griffe du temps 
Ce que l'histoire peut dire de la littérature
Gallimard
NRF Essais
2019


Présentation de l'éditeur
Aux devantures des librairies, on ne compte plus les ouvrages d’historiens réfléchissant gravement à leur rapport avec la littérature. Doivent-ils en faire une source de leur savoir, mais en contextualisant la fiction depuis leur surplomb, au risque de ne pas faire mieux que l’histoire littéraire et manquer ce que fait la littérature? Ou bien recourir à l’écriture de la fiction, quitte à s’installer prosaïquement dans l’entre-deux-genres d’une classique monographie?
Judith Lyon-Caen propose une aventure plus ambitieuse : à partir d’une nouvelle de Jules Barbey d’Aurevilly, «La vengeance d’une femme», l’historienne part de ce qu’est la littérature : une expérience d’être au monde, pour mesurer l’éclairage que sa discipline peut apporter à la mise en écriture romanesque. Ainsi de ces myriades d’objets, de parures, de rues et boulevards ou de lieux parisiens dont la description a pour fonction d’attester la réalité du récit : l’historien décrypte ces traces du temps, que ce soit le temps de la rédaction ou celui de l’action du récit, en retrouve l’origine, réfléchit à la manière dont le romancier en a été affecté. Non pas pour réduire l’écriture romanesque à un ancrage dans une époque, mais, au contraire, pour éclairer comment une époque nourrit le sens d’une écriture. L’historien en «herméneute» du matériau littéraire, en quelque sorte. Une invitation à apprendre à mieux lire ce qui fait la littérature et ce que fait un romancier.  




 

mercredi 9 octobre 2019

audio: Nicolas Delalande, La Lutte et l'entraide. L'Âge des solidarités ouvrières



audio: Nicolas Delalande , La Lutte et l'entraide. L'Âge des solidarités ouvrières
La Marche de l'histoire par Jean Lebrun, 29 avril 2019

Nicolas Delalande
La Lutte et l'entraide
L'Âge des solidarités ouvrières 
Seuil
L'Univers historique
2019 

Présentation de l'éditeur
Les ouvriers peuvent-ils s’organiser à une échelle internationale pour lutter contre la mondialisation du capital et la concurrence sociale généralisée ? Poser la question pourrait paraître incongru en ce début de XXIe siècle, où les mots d’ouvriers, de solidarité et d’internationalisme s’apparentent, dans le meilleur des cas, aux vestiges d’un passé lointain. L’oubli de cette histoire alimente un débat piégé, dont le schématisme sature et appauvrit l’espace public. Mais ni notre passé, ni notre présent politique ne se résument à une opposition stérile entre libéralisme inégalitaire et repli nationaliste. D’autres voies ont existé, qu’il importe de retrouver pour sortir d’un face-à-face aussi pauvre sur le plan intellectuel que dangereux pour notre avenir collectif. Pendant un siècle, des années 1860 aux années 1970, les mouvements ouvriers, socialistes, anarchistes, communistes, syndicalistes, avec leurs sensibilités propres, furent porteurs d’un projet internationaliste puissant, dont l’objectif n’était pas de fermer les frontières ou de restreindre les échanges, mais de bâtir une mondialisation des solidarités ouvrières, par-delà les différences nationales et linguistiques qui pouvaient les séparer. La défense des classes populaires ne passait pas par le repli, l’autarcie ou le rejet de l’autre, plutôt par la coordination internationale des combats et des revendications. Ce projet ambitieux, auquel bien peu croyaient à ses débuts, fut souvent chaotique, conflictuel et contradictoire. L’empreinte qu’il a laissée sur la fin du XIXe siècle et tout au long du XXe siècle est néanmoins considérable.
Nicolas Delalande est professeur au Centre d’Histoire de Sciences Po. Il a publié, au Seuil, Les Batailles de l’impôt (2011, nouvelle édition 2014). Il est l’un des coordinateurs de l’Histoire mondiale de la France (2017, nouvelle édition augmentée 2018).


lundi 7 octobre 2019

Richard Evans, Eric Hobsbawm, A Life in History




Richard Evans
Eric Hobsbawm
A Life in History
Little Brown
2019


Présentation de l'éditeur
At the time of his death at the age of 95, Eric Hobsbawm (1917-2012) was the most famous historian in the world. His books were translated into more than fifty languages and he was as well known in Brazil and Italy as he was in Britain and the United States. His writings have had a huge and lasting effect on the practice of history. More than half a century after it appeared, his books remain a staple of university reading lists.

He had an extraordinarily long life, with interests covering many countries and many cultures, ranging from poetry to jazz, literature to politics. He experienced life not only as a university teacher but also as a young Communist in the Weimar Republic, a radical student at Cambridge, a political activist, an army conscript, a Soho ‘man about town’, a Hampstead intellectual, a Cambridge don, an influential journalist, a world traveller, and finally a Grand Old Man of Letters.

In A Life in History, Richard Evans tells the story of Hobsbawm as an academic, but also as witness to history itself, and of the twentieth century’s major political and intellectual currents. Eric not only wrote and spoke about many of the great issues of his time, but participated in many of them too, from Communist resistance to Hitler to revolution in Cuba, where he acted as an interpreter for Che Guevara. He was a prominent part of the Jazz scene in Soho in the late 1950s and his writings played a pivotal role in the emergence of New Labour in the late 1980s and early 1990s.

This, the first biography of Eric Hobsbawm, is far more than a study of a professional historian. It is a study of an era.