« Je pense que les peuples ont pris conscience du fait qu’ils avaient des intérêts communs et qu’il y avait des intérêts planétaires qui sont liés à l’existence de la terre, des intérêts que l’on pourrait appeler cosmologiques, dans la mesure où ils concernent le monde dans son ensemble ». Pierre Bourdieu (1992)

lundi 11 novembre 2019

Pierre Bourdieu, Cours du Collège de France, 1995-1996, trois études de champ



Pierre Bourdieu, Cours du Collège de France, 1995-1996 
trois études de champ








 (Cette liste de publications sera mise à jour au fur et à mesure, Gilbert Quélennec)
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



à Fribourg (non publié)


extrait du résumé des Cours  
"Le premier ensemble de cours, donné à Fribourg (Allemagne) a porté sur le champ littéraire. La condition préalable de toute analyse rigoureuse d'une œuvre littéraire (celle de Baudelaire prise ici comme exemple) suppose une double historicisation : historicisation de l'analyste, lector occupant une position déterminée dans le champ de la critique et porté à engager dans son analyse les présupposés implicites liés à son impli-cation dans ce champ ; historicisation de l'auteur analysé, auctor occupant dans le champ littéraire une position, un point (de vue) qu'il faut reconstruire pour être en mesure de «prendre le point de vue de l'auteur», selon le mot de Flaubert. Dans les deux cas, pour objectiver ce point défini comme une position dans un espace, et se donner ainsi le moyen d'accéder au point de vue objectif et subjectif de l'auteur, il faut évidemment reconstruire cet espace en tant que tel, c'est-à-dire le champ, microcosme relativement autonome à l'intérieur duquel se définissent les positions et les prises de position. La reconstruction du champ comme champ de forces et champ de luttes pour conserver ou transformer le champ de forces (qui peut s'armer d'instruments d'analyse statistique tels que l'analyse des correspondances) est un détour nécessaire pour être en mesure de prendre réellement le point de vue de l'auteur, de se mettre à sa place en pensée — aidé, évidemment, de tout ce qu'il a pu livrer lui-même de sa propre expérience de sa position dans son champ —, et d'expliquer et de comprendre la nécessité de son œuvre."


à Strasbourg


extrait du résumé des Cours
"La seconde série de cours, donnée à Strasbourg, a porté sur le champ philosophique et sur le champ des sciences sociales. Le rapport (objectif) entre la philosophie et les sciences sociales hante les deux disciplines. Depuis l'apparition des sciences sociales, toute une tradition de la philosophie est définie, pour l'essentiel, par cette relation (cf. par exemple, le livre de Jeffery Andrew Barash, Heidegger et son siècle. Temps de l'être, temps de l'histoire, Paris PUF, 1995). Même chose du côté des sciences sociales qui ont beaucoup de peine à se libérer de l'emprise de la philosophie. Objectiver les structures des deux champs et leurs transformations au cours du temps et analyser les rapports structuraux qui s'instaurent entre elles aux différents moments, est la condition pour échapper aux visions partielles, et intéressées (les analystes étant toujours juges et partie), que les différents spécialistes des deux camps produisent, presque toujours à des fins stratégiques. On a ainsi dégagé une première esquisse de l'analyse de trois états du champ philosophique français (en s'appuyant sur la comparaison avec le champ allemand) : avant la deuxième guerre mondiale, avec la domination quasi indiscutée des professeurs de philosophie comme lectores fonctionnant en tant que corps ; dans les années 50, avec l'hégémonie de Sartre, capable d'unifier et de dominer le champ philosophique et le champ littéraire autour d'un projet prophétique d'intellectuel total ; dans les années 60, avec la domination des sciences sociales et l'apparition (en liaison avec de profonds changements de l'université, et des rapports entre l'université et le journalisme) de philosophes attachés à réaffirmer l'hégémonie de la philosophie en retournant contre les sciences sociales des instruments de pensée empruntés, pour la plupart, aux sciences sociales."

Le fonctionnement du champ intellectuel, Regards Sociologiques n°17/18 Le champ littéraire (1999), aussi Le fonctionnement du champ intellectuel, in Le raisonnement sociologique à l'ouvrage, Théorie et pratiques autour de Christian de Montlibert, Ouvrage coordonné par Clément Bastien, Simon Borja, David Naegel, L'Harmattan, coll. «Questions sociologiques». 2010


à Lyon


extrait du résumé des Cours 
"Dans le troisième ensemble, qui a été donné à Lyon (et dont une transcription a été publiée dans les Cahiers de recherche du Groupe de recherche sur la socialisation, 15, Lyon, 1996), on a analysé la structure et la logique spécifiques du champ politique, du champ des sciences sociales et du champ journalistique, en insistant spécialement sur l'empire que le champ journalistique, lui-même de plus en plus dominé par la logique commerciale (à travers l'audimat qui pèse sur la télévision et, par l'intermédiaire de celle-ci, sur l'ensemble des organes de presse), exerce, en tant que tel, sur l'ensemble des champs de production culturelle. Ces analyses ont été prolongées et développées au cours de deux leçons télévisées (« Sur la télévision » ; « Le champ journalistique et la télévision », Le Canal du Savoir, Collège de France-Paris Première, mai 1996)."

Champ politique, champ des sciences sociales, champ journalistique , Cours du Collège de France à l'Université Lumière Lyon 2, le 14 novembre 1995, Les Cahiers de Recherche du GRS, Numéro 15, 1996, aussi The political field, the social field, and the journalistic field, In R. Benson & E. Neveu (Eds.), Bourdieu and the journalistic field, Cambridge: Polity, 2005, pp. 29-30


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

voir également:

Publications de Pierre Bourdieu:  La logique spécifique de chacun des Champs (littéraire, artistique, intellectuel, religieux, philosophique, scientifique, politique, juridique, étatique, journalistique, économique, du pouvoir) 


jeudi 7 novembre 2019

Franck Fischbach, Après la production. Travail, nature et capital

Franck Fischbach
Après la production
Travail, nature et capital
Vrin
Moments Philosophiques  
2019



Présentation de l'éditeur
Adorno avait mis au jour « la faculté qu’a la production de s’oublier elle-même », tout en étant « le principe d’expansion insatiable et destructeur de la société d’échange ». Il y aurait ainsi quelque chose comme une ruse de la production qui consisterait à se dissimuler derrière le travail et à entretenir la confusion entre elle-même et le travail. La théorie critique est victime de cette ruse quand elle aboutit à une « critique du travail » qui prend la place d’une critique de la production, c’est-à-dire d’une critique de ce que le capital fait au procès de travail quand il s’en saisit pour le rendre productif. La critique de la production que l’on propose ici – à partir d’une relecture de Marx, Heidegger et de la Théorie critique – entend montrer que le devenir productif des activités de travail sous le capital détruit la relation métabolique entre systèmes naturels et systèmes sociaux assurée normalement par le procès de travail. Cette rupture explique que l’épuisement des forces naturelles de la terre et celui des forces humaines de travail soient simultanés sous le capitalisme et qu’ils ne puissent être interrompus sans que la logique productive du capital le soit également. 





mercredi 6 novembre 2019

Jacques-Louis Lantoine, L'intelligence de la pratique. Le concept de disposition chez Spinoza

Jacques-Louis Lantoine 
L'intelligence de la pratique
Le concept de disposition chez Spinoza
Préface de Pierre-François Moreau
Ens
La Croisée des chemins
2019



Présentation de l'éditeur
Si chacun a le pouvoir de vivre selon la raison, comment se fait-il que si peu la suivent, alors même qu'un grand nombre s'en réclament ? Certains voient le meilleur, mais font le pire. D’autres font le pire en croyant qu’il est le meilleur. Tous font tout ce qu’ils peuvent, et se réjouissent finalement de ce qu’ils sont. La philosophie de Spinoza rend compte de ces paradoxes : toute puissance est en acte. Qui peut le plus s’efforce nécessairement de faire le plus et ne peut faire moins. Qui peut le moins fait le moins volontiers, sans pouvoir faire plus. Chacun est aussi parfait qu’il peut l’être, et agit de la façon dont il y est disposé, malgré lui mais de gré, si ce n’est de bon gré. Le concept de disposition tel qu’il s’élabore dans l’Éthique, permet de saisir la pratique commune des hommes dans un cadre nécessitariste et actualiste, de l’inconstance affective à la régularité des coutumes, des obsessions passionnelles à l’éducation et à l’affranchissement de la servitude. L’existence humaine n’est pas une comédie, encore moins une tragédie. Avec Spinoza, il s’agit d’en produire l’intelligence.
Jacques-Louis Lantoine est professeur agrégé et docteur en philosophie. Chercheur associé à l'IHRIM, il enseigne dans le secondaire et à la faculté de philosophie de l’université Jean-Moulin Lyon 3. Il a publié Spinoza après Bourdieu. Politique des dispositions en 2018, aux Éditions de la Sorbonne.

 


 

lundi 4 novembre 2019

Peter Dietsch, François Claveau et Clément Fontan, Les banques centrales servent-elles nos intérêts?



Peter Dietsch
François Claveau
Clément Fontan 
Les banques centrales servent-elles nos intérêts?
Raisons d'agir
Raisons d'agir
2019


Présentation de l'éditeur
Traduit de l’anglais par Edmond-Louis Dussault
La crise financière de 2007 a ébranlé notre confiance dans la capacité des banques centrales à remplir ce qui devrait être leur seul objectif légitime : servir l’intérêt public. Cet ouvrage présente une critique précise du rôle que jouent les banques centrales dans nos sociétés et offre des propositions de réformes.
En analysant la Banque centrale européenne, la Réserve fédérale aux États-Unis et la Banque d’Angleterre, les auteurs expliquent comment et pourquoi le mandat des banques centrales a été défini de manière restrictive dans le monde occidental et comment leur rôle a changé après la crise financière de 2007.
L’ouvrage aborde trois thèmes clés dans le débat contemporain sur les banques centrales : les effets distributifs de leur politique monétaire, l’influence disproportionnée des marchés financiers sur leurs décisions ainsi que les conflits d’intérêts qui minent l’expertise produite par les banquiers centraux.
Écrit dans une langue claire et accessible, ce livre s’adresse aussi bien aux spécialistes du sujet qu’aux citoyen.ne.s voulant se réapproprier les questions monétaires pour remettre les banques centrales au service de nos sociétés.
sommaire

 







samedi 2 novembre 2019

Pierre Bourdieu s'adresse à des lycéens et à des étudiants




Pierre Bourdieu s'adresse à des lycéens et à des étudiants








(Cette liste de publications sera mise à jour au fur et à mesure, Gilbert Quélennec) 
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


audio: Pierre Bourdieu, Grand Oral à l'Institut d'Etudes Politiques de Bordeaux dans le cadre des rencontres I.E.P/Sud Ouest , le 15 mars 2001

13 Mars 2001, Une classe de première ES d´un lycée de ZEP de Marseille rencontre Pierre Bourdieu au Collège de France, dans " Paris-Bourdieu-Marseille ", DEES (documents pour l'enseignement économique et social – CNDP), 127, mars 2002, p.21-31.

en ligne: extraits du Séminaire de Pierre Bourdieu du 9 février 2000, Ehess
 
en ligne: Pierre Bourdieu, Questions sur l'art pour et avec les élèves d'une école d'art mise en question
L'objectivation du sujet de l'objectivation,  (introduction au séminaire à l'EHESS 1997), Pour une histoire des sciences sociales. Hommage à Pierre Bourdieu, (Sous la direction de Johan Heilbron, Rémi Lenoir, Gisèle Sapiro), Fayard, 2004, p.19-23

Champ politique, champ des sciences sociales, champ journalistique , Cours du Collège de France à l'Université Lumière Lyon 2, le 14 novembre 1995, Les Cahiers de Recherche du GRS, Numéro 15, 1996, aussi The political field, the social field, and the journalistic field, In R. Benson & E. Neveu (Eds.), Bourdieu and the journalistic field, Cambridge: Polity, 2005, pp. 29-30

Lettre aux lycéens des Mureaux, novembre 1990, in Interventions, 1961-2001. Science sociale et action politique, Agone, 2002

Intérêt et désintéressement, cours du Collège de France à la Faculté d'Anthropologie et de Sociologie de l'Université Lumière Lyon 2, les 1er et 8 décembre 1988 in Cahiers de Recherche n° 7, Nouvelle publication 1er trimestre 1993, aussi Un acte désinteressé est-il possible ? in Raisons pratiques, Paris, Seuil, 1994, Points Essais, 1996, p. 149-167, aussi Is a Disinterested Act Possible?, Practical reason: on the theory of action, Stanford University Press, 1998

Les moyens de la sociologie réflexive, Introduction au séminaire Ehess, octobre 1987, dans Invitation à la sociologie réflexive (avec Loïc Wacquant) , deuxième édition, traduction intégrale, corrigée et augmentée (première édition en 1992 au Seuil dans une version abrégée), Seuil, Liber, 2014

La délégation et le fétichisme politique, (juin 1983), Actes de la recherche en sciences sociales, 1984, 52-53, pp. 49-55, in Choses dites, Minuit, 1987, P.185-202

Le sociologue en question, dans Questions de sociologie, Paris, Les Éditions de Minuit, 1984, pp.37-60

extraits des Séminaires sur le concept de champ, 1972-1975, in Actes de la recherche en sciences sociales, n° 200 – Décembre 2013 // Théorie du champ, Seuil

Interventions dans les "amphis", mai-juin 1968, voir l'extrait de l'entretien avec Patrick Champagne (1998), in Patrick Champagne et Olivier Christin, Pierre Bourdieu. Une introduction, PU Lyon, 2012, P.191





---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

voir également:

Interventions de Pierre Bourdieu: en soutien aux mobilisations étudiantes et lycéennes 

Publications de Pierre Bourdieu: Sur l'économie (sociologie, champ, travail, biens symboliques, interventions, économie du bonheur, livres)

Publications de Pierre Bourdieu: Sur le Langage (sociologie, pouvoir symbolique, ontologie politique de Martin Heidegger, dévoiler les ressorts du pouvoir en remontant à la magie des mots)

Publications de Pierre Bourdieu: Sur les Intellectuels (champ, intellectuel collectif, les "intellectuels médiatiques" sont une parodie)

Publications de Pierre Bourdieu: Sur la Culture (sociologie, champ, revue Liber, Parlement International des Ecrivains, la culture est en danger, livres)

Publications de Pierre Bourdieu: Sur l'Éducation (sociologie, Mai 68, surnuméraires, rapports officiels, l'ARESER, livres)








vendredi 1 novembre 2019

vidéo: Frédéric Lordon, Vivre sans? Institutions, police, travail, argent...

Frédéric Lordon
Vivre sans?
Institutions, police, travail, argent...
La Fabrique
2019


Présentation de l'éditeur
Conversation avec Félix Boggio Éwanjé-Épée
C’est peut-être le discours le plus dynamique dans l’imaginaire contemporain de la gauche, mais ce qui fait son pouvoir d’attraction est aussi ce qu’il a de plus problématique. Car il nous promet la « vie sans » : sans institutions, sans État, sans police, sans travail, sans argent – « ingouvernables ».

La fortune de ses énoncés recouvre parfois la profondeur de leurs soubassements philosophiques. Auxquels on peut donner la consistance d’une « antipolitique », entendue soit comme politique restreinte à des intermittences (« devenirs », « repartages du sensible »), soit comme politique réservée à des virtuoses (« sujets », « singularités quelconques »). Soit enfin comme politique de « la destitution ».

Destituer, précisément, c’est ne pas réinstituer – mais le pouvons-nous ? Ici, une vue spinoziste des institutions répond que la puissance du collectif s’exerce nécessairement et que, par « institution », il faut entendre tout effet de cette puissance. Donc que le fait institutionnel est le mode d’être même du collectif. S’il en est ainsi, chercher la formule de « la vie sans institutions » est une impasse. En matière d’institution, la question pertinente n’est pas « avec ou sans ? » – il y en aura. C’est celle de la forme à leur donner. Assurément il y a des institutions que nous pouvons détruire (le travail). D’autres que nous pouvons faire régresser (l’argent). D’autres enfin que nous pouvons métamorphoser. Pour, non pas « vivre sans », mais vivre différemment.
Frédéric Lordon est directeur de recherches au CNRS. Derniers ouvrages parus : Imperium. Structures et affects des corps collectif (La Fabrique, 2015), La condition anarchique (Seuil, 2018).

extrait