Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



lundi 22 octobre 2018

Georges Canguilhem, Œuvres complètes, Tome V : Histoire des sciences, épistémologie, commémorations 1966-1995

 
Georges Canguilhem
Œuvres complètes Tome V : 
Histoire des sciences, épistémologie, 
commémorations 1966-1995
Vrin
Bibliothèque des Textes Philosophiques
2018


Présentation de l'éditeur
Quelque cent vingt écrits publiés de 1966 à 1995 composent ce tome V des Œuvres complètes de Georges Canguilhem.
Une cinquantaine furent de ceux qui établirent sa réputation comme historien des sciences et comme épistémologue. D’autres, souvent passés plutôt inaperçus, éclairent les voies par lesquelles, instruit des avancées de la biologie moléculaire, Canguilhem crut devoir mener le réexamen de sa philosophie biologique. Plusieurs écrits montrent combien Canguilhem, à contre-courant des naturismes en vogue, avait le souci de mener et de poursuivre une réflexion éthique sur les questions de la technique et de la médecine. Dans nombre de notices ou de discours touchant des collègues ou d’amis disparus, nombreux dans ce tome V, il relève les exigences intellectuelles et morales qui animèrent leur vie. Le lecteur reconnaïtra que ces exigences furent également les siennes, loin des facilités de la mondanité philosophique.

Textes édités, introduits et annotés par Camille Limoges
 
 

 

mercredi 17 octobre 2018

Déclaration de Pierre Bourdieu au colloque "17 et 18 octobre 1961: massacres d'Algériens sur ordonnance ?"


Déclaration de Pierre Bourdieu au colloque
 "17 et 18 octobre 1961: massacres d'Algériens sur ordonnance ?" 
(octobre 2000)

"J'ai maintes fois souhaité que la honte d'avoir été le témoin impuissant d'une violence d'État haineuse et organisée puisse se transformer en honte collective. Je voudrais aujourd'hui que le souvenir des crimes monstrueux du 17 octobre 1961, sorte de concentré de toutes les horreurs de la guerre d'Algérie, soit inscrit sur une stèle, en un haut lieu de toutes les villes de France, et aussi, à côté du portrait du Président de la République, dans tous les édifices publics, Mairies, Commissariats, Palais de justice, Écoles, à titre de mise en garde solennelle contre toute rechute dans la barbarie raciste."

in Le 17 octobre 1961, un crime d'Etat à Paris (éditions La Dispute), 2001 .

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
voir également:

publications de Pierre Bourdieu: combattre la xénophobie d'Etat


 



mardi 16 octobre 2018

Actes de la Recherche en Sciences Sociales, N°224, Septembre 2018, Champs intellectuels transnationaux




Actes de la Recherche en Sciences Sociales, N°224, Septembre 2018,  
Champs intellectuels transnationaux
Seuil


Résumé
Les modes d’existence des espaces intellectuels semblent être particulièrement affectés par les processus de « globalisation », qu’il s’agisse du marché éditorial international, de la circulation des idées entre les pays ou de l’impact croissant des études de décolonisation dans les pays des « Suds » comme du Nord. La sociologie des intellectuels s’est emparé de ces nouveaux enjeux et elle a, depuis une vingtaine d’années, cherché à articuler les analyses des espaces nationaux avec ces nouvelles configurations transnationales. Elle montre que non seulement le national a été en grande partie créé dans les échanges supranationaux, mais encore que ces derniers, inscrits dans l’histoire des impérialismes, des cosmopolitismes élitaires ou des migrations populaires, se sont accélérés avec la « mondialisation ». Loin d’aplanir les inégalités politiques économiques et symboliques entre les régions voire les pays, elle reste fondée sur l’existence de centres et de périphéries. Par ailleurs, tandis que certains travaux ont estimé que la mondialisation conduisait à l’affaiblissement des déterminations nationales, d’autres ont montré que l’accroissement des flux culturels transnationaux n’est en rien corrélé à une disparition de contrôle étatique ou d’identification nationale. Néanmoins, les États-nations se sont eux-mêmes constitués de façon concurrente aux empires et à des organisations transnationales comme l’Église catholique. Tandis que leur création s’est accompagnée de la mise en place d’instances internationales (SDN puis ONU), avec leurs dérivés intellectuels (Institut de coopération internationale de la Société des nations, UNESCO), ou supranationales (comme l’Union européenne), des espaces transnationaux avec des centres plus ou moins forts ou concurrents n’ont cessé de fonctionner ou de se former, posant la question des limites géographiques des champs. Ces espaces transnationaux sont composés d’agents (individus et institutions) qui concourent pour l’accumulation de capital symbolique par-delà les frontières politiques de leurs pays, tout en restant soumis aux inégalités multiformes entre les pays. Ils constituent ainsi des « espaces d’ubiquité », coprésence synchronique d’acteurs en concurrence par-delà les frontières politiques. 
Le présent numéro se concentre sur les champs intellectuels transnationaux. Il se focalise sur les mécanismes par lesquels ces champs sont amenés à transcender le cadre de l’État-nation – instances de diffusion (édition, revues), organisations transnationales (religieuses, politiques ou autres) –, ainsi qu’aux conditions qui les favorisent (colonialisme, impérialisme, occupations, migrations, etc.). Les articles se placent à divers niveaux de l’analyse. Certains étudient les réceptions transnationales de l’oeuvre d’intellectuels « globalisés » (N. Klein, P. Sloterdijk), leur multi-positionnement, et leurs ressources nationales et transnationales dans différentes localisations. L’analyse de collectifs d’intellectuels permet de dessiner les contours géographiques d’espace transnationaux, avec par exemple les nouveaux penseurs de l’islam. Tandis que la plupart des auteurs mettent en avant la centralité des États-Unis dans la formation de ces espaces transnationaux, un certain nombre d’articles pose en particulier la question de l’héritage colonial et de la dissymétrie des rapports géographiques Nord-Sud. De manière peut-être plus forte encore qu’au niveau national, les échanges intellectuels, non seulement pour les militants, mais encore pour les penseurs, les écrivains, les universitaires ou les théologiens, sont toujours aussi politiques quand on se situe au niveau transnational.

Sommaire
4 Qu’est-ce qu’un champ intellectuel transnational ?
Gisèle Sapiro, Tristan Leperlier et Mohamed Amine Brahimi

12 Un champ littéraire transnational
Le cas des écrivains algériens
Tristan Leperlier

34 Les intellectuels néo-confucéens et le débat
sur les droits humains, années 1990
Trois études de cas sur les formes de l’autonomie intellectuelle
en situation transnationale
Thomas Brisson

46 Théories sans frontières ?
Les théories littéraires en France et la construction d’un espace
transnational, années 1960-années 1970
Lucile Dumont

64 Les experts au concile Vatican II, 1962-1965
Note de recherche sur les conditions de possibilité
d’un champ transnational
François Weiser

76 HORS THÈME Des morales de classe ?
Dispositions éthiques et positions sociales dans la France contemporaine
Rémy Caveng, Fanny Darbus, François Denord,
Delphine Serre et Sylvain Thine

102 Résumés





samedi 13 octobre 2018

Regards Sociologiques, n° 47-48, « Sur Pierre Bourdieu »

Regards Sociologiques, n° 47-48, « Sur Pierre Bourdieu »
Simon Borja, Christian de Montlibert (dir.)
Strasbourg, Association Regards sociologiques
2018


Sommaire
Dossier : sur Pierre Bourdieu
– Remi Lenoir – Le dit et l’écrit chez Pierre Bourdieu : sur l’édition en cours de Bourdieu au Collège de France
– Patrick ChampagneLe problème de la domination chez Pierre Bourdieu dans Sur l’Etat 
Document : Pierre Bourdieu (intervention retranscrite par Rémi Lenoir) – Crise de l’Etat ou crise des agents de l’Etat
– Gérard MaugerSur les représentations des classes populaires: de Marx à Bourdieu
– Rémi Lenoir« Qu’est-ce que lire un auteur ? » : la lecture de loeuvre de Marcel Mauss par Pierre Bourdieu
– Gaspard Fontbonne – Bourdieu lecteur de Wittgenstein
Document : Pierre Bourdieu (réponses retranscrites par Lucien Braun) – Réponses improvisées de Pierre Bourdieu aux Presses Universitaires de Strasbourg
– Rémi Lenoir La notion de capital social dans l’oeuvre de Pierre Bourdieu
– Louis Pinto En quel sens la sociologie de Pierre Bourdieu peut-elle être dite critique ?
Document : Andréa Rapini Spatialiser Pierre Bourdieu en Algérie: terrain social, terrain d’enquête, terrain de guerre
– Christian de Montlibert L’en-deçà de la politique dans l’« oeuvre algérienne » ou les trois combats du jeune Pierre Bourdieu
Document : Jacque Budin s’entretient avec Tassadit YacineRetour sur l’Algérie au temps des camps de regroupement : souvenir d’un étudiant enquêteur dans l’équipe Bourdieu-Sayad
Varia
– Pierre Dias et Thierry RamadierL’espace géographique comme champ représentationnel : le cas des représentations socio-spatiales de Strasbourg


vendredi 12 octobre 2018

Sandrine Garcia, Le goût de l'effort. La construction familiale des dispositions scolaires


Sandrine Garcia
Le goût de l'effort
La construction familiale des dispositions scolaires
PUF
Education et société
2018
 
Présentation de l'éditeur
Quelles sont les pratiques d’accompagnement à la scolarité mises en œuvre dans les familles des classes moyennes ? C’est à cette question que vient répondre ce livre en montrant notamment que, contrairement au discours qu’elles tiennent et à un apparent respect des frontières entre les prérogatives éducatives de la famille et celles de l’école, ces familles sont dans l’ensemble très actives dans le domaine de la transmission des savoirs. Elles mettent en œuvre de véritables savoirs didactiques qui sont au principe de dispositions scolaires et d’apprentissages.
 
Sandrine Garcia est sociologue, professeure en sciences de l’éducation à l’université de Bourgogne. Elle est notamment l’auteure de Mères sous influence. De la cause des femmes à la cause des enfants (La Découverte, 2011), d’À l’école des dyslexiques. Naturaliser ou combattre l’échec scolaire (La Découverte, 2013) et avec Anne-Claudine Oller : Réapprendre à lire. De la querelle des méthodes à l’action pédagogique ( Seuil, 2015).
 
 
 
 

mercredi 10 octobre 2018

vidéo: Daniel Roche et Christophe Charle présentent L'EUROPE. Encyclopédie historique



L'EUROPE
Encyclopédie historique
Sous la direction de Christophe Charle et Daniel Roche
en collaboration avec
Paul Boulland, Christophe Duhamelle, Bruno Dumézil, Antoine Lilti,
Brigitte Marin , Stéphane Van Damme et Blaise Wilfert-Portal
Actes sud
2018

Présentation de l'éditeur
De la fin de l’Antiquité à nos jours circulent les cultures, se métissent les peuples, se transforment les sociétés, s’étendent les pouvoirs au sein d’une Europe aux dimensions variables selon les époques et ses rapports changeants avec le reste du monde.
L’Europe livre tous les éléments indispensables pour comprendre la multiplicité des strates, des conflits ou des échanges qui ont fait naître, déployé ou remodelé ce continent. Celui-ci cumule paradoxes et contradictions historiques : à la fois fort et faible, temporairement réuni ou profondément divisé ; y alternent phases d’expansion et de repli, périodes de certitude et de supériorité proclamée et moments de dépression ou de décadence réelle ou supposée.
En ressort un portrait polyphonique et dynamique, raisonné et critique, d’une civilisation, une et plurielle, à bien des égards plus unie qu’on ne le croit, dont l’histoire tour à tour exalte, instruit ou désespère.
Ce faisant, L’Europe offre le guide d’exploration nécessaire au moment crucial que nous traversons :
– une organisation des savoirs à la fois chronologique et thématique ;
– une présentation des cultures matérielles et immatérielles ;
– la diversité spatiale et temporelle des Europes ;
– la pluralité productive des approches historiques : intellectuelle, politique, économique, sociale, technique, religieuse, culturelle, symbolique ;
– la contribution multinationale de plus de 430 spécialistes.