Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



mardi 20 avril 2010

Delphine Chapuis-Schmitz, Le sens à l’épreuve de l’expérience




Delphine Chapuis-Schmitz
Le sens à l’épreuve de l’expérience
Vrin
2010









Présentation de l'éditeur
Que nos énoncés aient une signification, cela semble aller de soi. Mais en quoi consiste la signification d’un énoncé? Wittgenstein répondait qu’elle réside dans l’usage qui en est fait.
L’intention du présent ouvrage est de préciser cette idée pour un type d’usage spécifique : l’usage cognitif qui consiste à décrire des choses ou des processus observables et, plus généralement, à délivrer des connaissances sur le monde.
Contre l’idée largement répandue selon laquelle le vérificationnisme ne serait plus qu’une curiosité historique, nous tentons, en prenant pour point de départ les positions de Carnap et de Schlick, d’en montrer tout l’intérêt pour comprendre nos attributions de signification cognitive. A cette fin, nous proposons non pas une théorie, mais une explication où il apparaît que les normes de notre langage jouent un rôle essentiel et que l’empirisme fondationnaliste doit laisser place à un réalisme empirique, plus conforme à nos usages du langage naturel, ordinaire ou scientifique.
Delphine Chapuis-Schmitz est titulaire d’un doctorat en philosophie de l’Université Paris 1- Panthéon Sorbonne.


Aucun commentaire: