Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



vendredi 14 décembre 2012

Pierre Bourdieu, Note brève sur l'antinomie de la protestation collective, in Development, Democracy, and the Art Of Trespassing : Essays in Honor of Albert 0. Hirschman (1915-2012)

Albert Otto Hirschman (April 7, 1915 – December 10, 2012)


Pierre Bourdieu, « An Antinomy in the Notion of Collective Protest », in Development, Democracy, and the Art Of Trespassing : Essays in Honor of Albert 0. Hirschman, A. Foxley, M.S. McPherson, C. O'Donnell eds, Notre Dame (Indiana), University of Notre Dame Press, 1986, Paperback edition, 1988, p. 301-302, aussi Note brève sur l'antinomie de la protestation collective,  in Propos sur le champ politique, (introduction de P. Fritsch), P.U. lyon, 2000


 Albert Hirschman
Vers une économie politique élargie
Collection « Le sens commun »,
Minuit
1986



Aucun commentaire: