« Je pense que les peuples ont pris conscience du fait qu’ils avaient des intérêts communs et qu’il y avait des intérêts planétaires qui sont liés à l’existence de la terre, des intérêts que l’on pourrait appeler cosmologiques, dans la mesure où ils concernent le monde dans son ensemble ». Pierre Bourdieu (1992)

mercredi 6 février 2019

Wilfried Lignier, Prendre. Naissance d'une pratique sociale élémentaire


Wilfried Lignier
Prendre
Naissance d'une pratique sociale élémentaire 
Seuil
Liber
2019

Présentation de l'éditeur
Prêter attention à un objet, le convoiter, le demander, s’en saisir, le délaisser, le transmettre – tout cela renvoie pour chacun d’entre nous à des actes quotidiens, banals, « naturels ». Pourtant, ces actes ne vont pas de soi pour les très jeunes enfants. Il leur faut au contraire apprendre à prendre– et aussi à donner. Car si ce geste tourne plus souvent chez eux que dans le monde adulte au conflit, c’est précisément qu’il implique la difficile maîtrise de règles implicites et d’attentes non formulées.
À partir d’une enquête ethnographique menée dans une crèche auprès d’une trentaine d’enfants de deux à trois ans, ce livre surprenant et vivant met au jour les déterminants sociaux de l’appropriation des choses au premier âge. Pourquoi un enfant préfère-t-il, très tôt, tels objets à tels autres ? Comment en vient-il à les réclamer dans les formes ou, au contraire, à s’en emparer par la force ? Et pourquoi tout cela importe-t-il, au moment précis où la vie sociale émerge ?
Répondre à ces questions, c’est penser l’inégale disponibilité des choses aux mains des enfants et la genèse de leurs différences sociales, mais aussi la hiérarchie précoce des légitimités – celle qui impose, d’emblée, des objets préférentiels, des gestes souhaitables et des prises de parole plus judicieuses que les autres. C’est aussi s’intéresser, à partir de l’observation minutieuse des premiers instants de l’existence sociale, aux fondements du rapport personnel à la possession et à la propriété.

Wilfried Lignier est chargé de recherche au CNRS (CESSP, Paris). Il a notamment publié La Petite Noblesse de l’intelligence (La Découverte, 2012) et, avec Julie Pagis, L’Enfance de l’ordre (Seuil, 2017).


Aucun commentaire: