Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


vendredi 29 novembre 2013

Agone 52, La Chine et l’ordre du monde

Agone 52
La Chine et l’ordre du monde
2013

Présentation de l'éditeur
Coordination Philippe Olivera
En Chine, la plupart des libéraux regardent les Chinois ordinaires avec bienveillance tant qu’ils contribuent au développement du marché en tant que consommateurs. Pour eux, le danger du nationalisme populaire est que les masses ne se contentent pas d’être trop critiques envers l’Ouest, mais qu’elles deviennent aussi trop mobilisées en tant que citoyens se détachant du rôle passif de consommateurs pour aller vers un rôle plus actif de militants. Ils craignent la participation populaire en rappelant toujours ses exemples négatifs, en voyant rarement le potentiel positif des mouvements sociaux comme condition de la démocratie. Ils ne croient qu’à la «porte ouverte» et au «système global». La seule chose dont la Chine a besoin est d’entrer dans le «courant dominant» – c’est le terme qu’ils utilisent – et tout ira bien. Pour eux, l’intégration dans le système mondial est le seul chemin vers la démocratie.

Ce numéro porte un regard sur la Chine vue de l’intérieur, débarrassé des écrans de l’orientalisme et de la fascination des performances économiques. Qu’il s’agisse de la question nationale, des mutations économiques et sociales ou de la vie artistique et intellectuelle, on y découvre des enjeux qui font échos à ceux auxquels nous sommes confrontés.

Sommaire :
— Nationalisme occidental et nationalisme oriental, Benedict Anderson
— Histoire de deux nationalismes, Wang Chaohua
— Questions tibétaines, entretien avec Tsering Shakya
— Le majordome de l’Amérique, Hung Ho-Fung
— Les multiples révolutions chinoises, Mark Elvin
— Dialogue sur l’avenir de la Chine, Wang Chaohua, Wang Dan et Li Minqi
— Une structure sociale vacillante, He Qinglian
— Le cinéma documentaire indépendant chinois, Ying Qian
— La revue Dushu et l’intelligentsia, Zhang Yongle
— L’incendie à la porte du château, entretien avec Wang Hui.

Aucun commentaire: