Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


mardi 4 février 2014

Nelly Wolf, Proses du monde. Les enjeux sociaux des styles littéraires


Nelly Wolf
Proses du monde
Les enjeux sociaux des styles littéraires
P.U.Septentrion
2014

Présentation de l'éditeur
L'écrivain crée son style en imprimant sa marque à la langue ; mais cette marque est celle d’un individu socialement déterminé. Le style est un acte social. Le choix et l’usage d’une langue littéraire recouvrent des enjeux sociaux. Reprenant une hypothèse autrefois soulevée par Roland Barthes, cet ouvrage se propose ainsi d’explorer la socialité des proses romanesques à l’époque moderne. Il examine en quoi les événements qui surviennent dans une langue littéraire, affectant aussi bien la grammaire que l’énonciation, trahissent une logique sociale.
Les études réunies ici forment quatre tableaux correspondant à quatre intrigues sociostylistiques. « Peuple », « Migrations », « Désengagement », « Français moyen » désignent des problématiques sociales encryptées dans des stratégies d’écriture et faisant apparaître, du XIXe siècle à nos jours, des noms aussi divers que ceux de Zola, Sand ou Huysmans, Jean-Richard Bloch, Irène Némirovsky, Albert Cohen ou Georges Perec, Aragon, Gide, Camus ou Robbe-Grillet, Patrick Modiano, Annie Ernaux ou Gabriel Matzneff.
Ces quatre tableaux ne sont pas simplement juxtaposés. Un fil les relie. Conduisant de la passion politique au repli individualiste, ce fil retrace à sa manière une histoire de France. C’est ainsi que les styles romanesques, tissant leur propre histoire, nous parlent de l’histoire.
Nelly Wolf
Professeure de littérature française à l'université Charles-de-Gaulle – Lille 3, membre du centre de recherche ALITHILA.
Elle anime le groupe international de recherche ÉDITS sur l'imaginaire social à l'époque gaullienne (1958-1981). Intéressée par la sociologie de la littérature, elle s’interroge dans ses travaux sur les liens entre littérature et politique, littérature et société.

Aucun commentaire: