Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



lundi 9 janvier 2012

Jacques Defrance, Sociologie du sport + entretien avec Jacques Defrance

Jacques Defrance
Sociologie du sport
(sixième édition)
La Découverte
2011

Présentation de l'éditeur
Comment comprendre le développement des sports depuis un siècle ? Est-ce le signe d’un besoin physique ou d’une norme culturelle du monde industriel ? Qui pratique le sport et qui le regarde ? Marque-t-il un regain de la violence ? Devient-il un repère universel dans un monde qui se globalise ? Est-il un support de distinction sociale ou un moyen de rapprocher et d’intégrer des individus ?
En répondant à ces questions avec clarté et rigueur, ce livre fait apparaître sous un jour plus réaliste, nuancé et compréhensif un monde sportif habituellement présenté pour ses exploits ou ses scandales.
Jacques Defrance est professeur de sociologie au département STAPS de l’université Paris-X-Nanterre. Il a été directeur du laboratoire « Sport et culture », président de la Société de sociologie du sport de langue française, membre du « Centre de sociologie européenne » (Iresco, CNRS).

+ écouter: Jacques Defrance, sociologie du sport
-----

voir également:
Pierre Bourdieu, publications sur le sport

Aucun commentaire: