Pierre Bourdieu, in Pour un savoir engagé, Athènes, mai 2001, Raisons d'agir-Grèce, Le Monde Diplomatique, février 2002 — Page 3, aussi in Interventions, 1961-2001. Science sociale et action politique, Agone, P.465-469
"D’autre part, les mouvements sociaux ont apporté des méthodes d’action que les syndicats ont peu à peu, encore une fois, oubliées, ignorées ou refoulées. Et en particulier des méthodes d’action personnelle : les actions des mouvements sociaux recourent à l’efficacité symbolique, une efficacité symbolique qui dépend, pour une part, de l’engagement personnel de ceux qui manifestent ; un engagement personnel qui est aussi un engagement corporel.
Il ne s’agit pas de défiler, bras dessus bras dessous, comme le font traditionnellement les syndicalistes le 1er mai. Il faut faire des actions, des occupations de locaux, etc. Ce qui demande à la fois de l’imagination et du courage."

jeudi 29 janvier 2015

Sonia Cherrad, Le Discours pédagogique féminin au temps des Lumières

Sonia Cherrad
Le Discours pédagogique féminin au temps des Lumières 
Oxford University Studies in the Enlightenment
2015

Présentation de l'éditeur
Si l’éducation, thème phare du XVIIIe siècle, a fait l’objet d’importantes études historiques et littéraires, de nombreux textes d’auteurs féminins sont restés dans l’ombre. Méconnus ou incompris, ils ont été considérés comme une production mineure, étrangère à l’édification d’une pensée pédagogique. En se fondant sur un corpus d’une vingtaine d’ouvrages, Sonia Cherrad démontre le rôle déterminant joué par le discours de ces femmes dans la réflexion sur l’éducation au XVIIIe siècle. 
Ce discours est formé des voix d’auteurs connues comme Mmes Le Prince de Beaumont, d’Epinay et de Genlis; mais également de celles d’auteurs à découvrir ou redécouvrir telles Mmes de La Fite, de Monbart, de Miremont ainsi que Mlles d’Espinassy et Le Masson Le Golft. Sonia Cherrad met en lumière le caractère philosophique nouveau de leurs théories pédagogiques et expose les savoirs – parmi lesquels des disciplines comme l’histoire, la géographie et les sciences – qui, pour ces éducatrices, constituent le socle d’une bonne formation. Ce livre démontre en outre qu’au sein des parties fictionnelles de leurs livres, les auteurs prolongent leur réflexion au-delà des questions éducatives et proposent des analyses des situations sociale, politique et économique de leur époque. Sonia Cherrad est docteur en littérature française et professeure de français au lycée. Elle poursuit ses recherches dans le domaine du traitement littéraire de la question de l’éducation au XVIIIe siècle. Elle a fait paraître plusieurs articles sur les textes de femmes éducatrices et sur Rousseau pédagogue.

Aucun commentaire: