Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



jeudi 5 mai 2016

écouter: Michel Bozon, Pratique de l’amour. Le plaisir et l’inquiétude


écouter: Michel Bozon, Pratique de l’amour. Le plaisir et l’inquiétude
La tête au carré par Mathieu Vidard, 14.04.2016
Michel Bozon
Pratique de l’amour
Le plaisir et l’inquiétude 
Payot
2016

Présentation de l'éditeur
Le coup de foudre, seule une petite minorité des couples disent l'avoir éprouvé. Comment l'immense majorité des autres font-ils donc pour devenir amoureux ? Pour Michel Bozon, l'amour est une pratique et une histoire : pas seulement une émotion ou un sentiment, mais aussi, et surtout, une affaire permanente d'interprétation et d'échanges – d'informations personnelles, de cadeaux, de sexe –, qui évoluent dans la durée ; dès les débuts amoureux, l'abandon de soi est intimement lié à l'emprise sur l'autre.
S'appuyant sur la littérature, le cinéma, les témoignages et les résultats des enquêtes sociologiques, Pratique de l'amour éclaire aussi la vie amoureuse dans les relations et les couples stables, faite d'intermittences, d'engagements et de désengagements successifs. Le plaisir amoureux n'est jamais exempt d'inquiétude. Au final, Michel Bozon montre que l'amour est progressif, il s'apprend, il se construit, mais il peut aussi se défaire...
Michel Bozon, sociologue, est directeur de recherche à l'Ined. Il a publié en 2008, avec Nathalie Bajos, une grande enquête nationale sur la sexualité qui fait référence. 


Aucun commentaire: