Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


mardi 13 juillet 2010

Bande-annonce et entretiens: Fin de concession, Annie Gonzalez et Pierre Carles

voir la bande annonce du nouveau film de Pierre Carles Fin de concession

Pierre Carles : « L’humour est une arme subversive », par Xavier Frison, Politis, n°1084, jeudi 7 janvier 2010

Entretien avec Annie Gonzalez & Pierre Carles, deux tricards du petit écran, par JBB, Article XI, 7 décembre 2009



Pierre Carles
Fin de concession


SORTIE EN SALLES FIN 2010
Préacheter le Dvd est un acte de soutien à nos productions. (Vente en France uniquement). Vous le recevrez quatre mois après la sortie en salles.
> Pour toute demande d’informations, merci de contacter CP-Productions cp-productions@wanadoo.fr

Un film de Pierre Carles
produit par Annie Gonzalez
monté par Bernard Sasia

avec la participation plus ou moins volontaire de :
Hervé Bourges, Jean-Marie Cavada, Jacques Chancel, Michèle Cotta, Jean-Pierre Elkabbach, Franz-Olivier Giesbert, Xavier Gouyou Beauchamps, Elise Lucet, Etienne Mougeotte, Audrey Pulvar, Bernard Tapie, Charles Villeneuve, Karl Zéro…
2h05 / France / 2010

Les médias mentent. Grossièrement comme lorsque PPDA fabrique une fausse interview de Fidel Castro, ou bien par omission lorsque aucune chaîne de télévision n’a idée d’enquêter sur les conditions de l’attribution de la concession de TF1 au groupe Bouygues, ni sur les renvois d’ascenseur entre Martin Bouygues et un certain… Nicolas Sarkozy.
Reprenant son bâton de pèlerin de critique des médias, Pierre Carles repart à l’assaut des responsables de l’information pour amener ceux-ci à reconnaître leurs mensonges, à dévoiler leur connivence avec le pouvoir politico-économique.
Au fur et à mesure que Carles et son double, l’improbable caméraman uruguayen Carlos Pedro, règlent leur compte aux dinosaures de l’audiovisuel, l’ex chevalier blanc de la télévision découvre à quel point ces dirigeants savent désormais esquiver, contrer ou digérer la critique des médias. Quinze ans après s’être attaqué à Canal + et avoir ridiculisé de hauts responsables de l’information, lui et ses complices sont amenés à se poser des questions sur l’efficacité de leurs méthodes. Ont-ils perdu la bataille ? Doivent-il s’avouer vaincus ? Ou faut-il changer de méthode et s’y prendre autrement avec les puissants ?

1 commentaire:

urkel a dit…

Salut,
j’ai assisté à l’avant première à Marseille et je peux vous dire que ce documentaire vaut vraiment le coup. Si tout ce que Pierre Carles raconte dans son film est avéré, c’est un véritable scandale, l’acquisition de TF1 ou l’importance du rôle de cette chaîne dans l’élection de notre cher président ...
En tout cas, j’ai lu dans un article qu’il était le Michael Moore français (sur lepost.fr), autant avant je le connaissais pas trop mais depuis ce film je suis d’accord. Si vous voulez découvrir ce film, on trouve pas mal d’infos sur le site touscoprod.com, bande annonce et extrait du film. Je met un lien rapide : http://www.touscoprod.com/pages/projet/fiche.php?s_id=5162&s_wbg_menu=4