Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


mercredi 20 octobre 2010

Béatrice Joyeux-Prunel, « Nul n’est prophète en son pays » ? + recension


Béatrice Joyeux-Prunel
« Nul n’est prophète en son pays » ?
L’internationalisation de la peinture avant-gardiste parisienne (1855-1914)
Musée d’Orsay / Nicolas Chaudun
(Prix du Musée d’Orsay)
2009












Présentation de l'éditeur
Entre 1890 et 1914, dans un paysage sans cesse plus touché par une internationalisation qui concerne tous les domaines des sociétés européennes, les arts plastiques n'échappent pas à l'évolution générale. Béatrice Joyeux-Prunel en propose une interprétation sous un angle de vue peu utilisé jusqu'alors pour cette période de l'histoire de l'art : celui du système des expositions internationales et de ces transformations, de la circulation des images et des reproductions, du marché de l'art et du collectionnisme en Europe. L'un des intérêts de ce livre est de nous faire sortir des clichés. Combinant outils systématiques et approche sociologique, il offre une version neuve des artistes dans le contexte de la critique, du marché et de la dimension économique des carrières.


recension par Clément Dessy (FNRS/Université Libre de Bruxelles), Transeo Review

Aucun commentaire: