Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


jeudi 13 novembre 2014

vidéo: Le capitalisme a-t-il un avenir ? Immanuel Wallerstein, Randall Collins, Michael Mann, Georgi Derluguian, Craig Calhoun

débat avec Immanuel Wallerstein, Randall Collins, Michael Mann, Georgi Derluguian et Craig Calhoun à l’occasion de la parution du livre Le capitalisme a-t-il un avenir? aux Éditions La Découverte, en présence des directeurs de collection Laurent Jeanpierre et Christian Laval.  6 novembre 2014,  Maison de l’Amérique Latine

Immanuel Wallerstein, Randall Collins
Michael Mann, Georgi Derluguian, Craig Calhoun
Le capitalisme a-t-il un avenir ? 
La Découverte
L'horizon des possibles
2014
Présentation de l'éditeur
On a souvent dit qu'il était plus facile de penser la fin du monde que celle du capitalisme. Pourtant, ce système présente aujourd'hui des signes de rupture qui permettent d'en anticiper le déclin imminent, et ce en recourant non pas au prophétisme, mais beaucoup plus simplement aux sciences sociales. C'est ce que démontrent ici cinq des plus éminents chercheurs internationaux.
Dans une langue qu'ils ont voulue accessible à tous, s'appuyant sur des idées fortes de Marx, Braudel ou Weber, ils explorent une série de tendances « lourdes » des sociétés contemporaines, telles que l'approfondissement des crises économiques et écologiques, le déclin probable des classes moyennes, les contradictions et désarticulations du système politique international ou encore les problèmes d'externalisation des coûts sociaux et environnementaux liés au fonctionnement du capitalisme mondial. Ils tirent également les enseignements historiques et sociologiques de la chute du bloc soviétique et des mutations actuelles de la Chine.
Pour cette pléiade d'universitaires prestigieux, les limites internes et externes de l'expansion du « système-monde » capitaliste sont sur le point d'être atteintes. Face à son déclin accéléré et multidimensionnel, il est urgent de penser sérieusement à ce qui peut et devrait lui succéder. Cela exige de réfléchir d'un même tenant aux conséquences traumatiques du mode de production et d'échanges actuel et aux alternatives susceptibles d'émerger dans les décennies qui viennent. L'ouvrage rappelle ainsi que les sciences sociales, lorsqu'elles explorent rigoureusement la réalité, peuvent également aider à imaginer un autre avenir.
Immanuel Wallerstein, historien, sociologue et économiste américain reconnu, senior research scholar à l'université de Yale, directeur du Centre Fernand-Braudel pour l'étude des économies, des systèmes historiques et des civilisations à l'université de Binghamton (New York). Il est également chercheur rattaché à la Maison des sciences de l'homme à Paris, et il a présidé l'Association internationale de sociologie. Il est l'auteur de nombreux livres dont Le Système du monde du XVe siècle à nos jours (Flammarion), Le capitalisme historique (La Découverte, 2e édition, 2002), traduit dans de nombreuses langues, Après le libéralisme (L'Aube, 1999), L'Utopisme, (L'Aube, 2000), Sortir du monde états-unien (Liana Lévi, 2004).
Randall Collins est professeur à l’université de Pennsylvanie et auteur de nombreux ouvrages qui ont renouvelé tant la microsociologie interactionniste inspirée par Erving Goffman que la sociologie historique de la « longue durée ». 
Michael Mann est professeur de sociologie à UCLA et auteur de la plus puissante et plus influente fresque socio-historique néo-wébérienne (The Sources of Social Power, Cambridge University Press, en quatre volumes qui couvrent de la préhistoire au monde contemporain). 
Georgi Derluguian enseigne les sciences sociales à la New York University d’Abou Dabi.
Craig Calhoun est un spécialiste reconnu des mouvements sociaux, du nationalisme et de la mondialisation. Il dirige la London School of Economics depuis septembre 2012.


Aucun commentaire: