Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


samedi 3 avril 2010

à paraître: Ludwig Wittgenstein, Carnets secrets 1914-1916






Ludwig Wittgenstein
Carnets secrets
1914-1916
Traduction et présentation par Jean-Pierre Cometti
Collection « Cadratins »
Chemin de Ronde
2010





Présentation de l'éditeur
Le 9 août 1914, Wittgenstein, qui s’est engagé deux jours plus tôt, rejoint son régiment stationné à Cracovie. Après une brève formation, il est affecté sur un aviso-torpilleur, le Goplana, à bord duquel il fait l’expérience de la guerre.
Les notes qui composent les présents carnets datent de cette période. Initialement rédigées dans un code qui lui permettait de soustraire certains passages aux éventuels regards indiscrets, elles s’étendent du 9 août au 30 octobre 1914, du 30 octobre 1914 au 22 juin 1915 et du 28 mars au 19 août 1916. Les réflexions personnelles, voire intimes qui en font partie s’y entrelacent à ses méditations philosophiques, plus spécifiquement liées aux problèmes qui devraient donner naissance au Tractatus logico-philosophicus, achevé en 1918, autant qu’à son souci permanent du « travail » dans un contexte qui n’aurait pu être pire. Le Wittgenstein « secret » qui s’y révèle n’est sans doute pas celui que le Tractatus permet spontanément d’imaginer; il permet toutefois d’entrevoir un visage qui n’est pas étranger à celui de sa philosophie – un visage qui s’accorde avec la dimension morale que revêtaient à ses yeux les problèmes intellectuels.



Aucun commentaire: