Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



vendredi 6 août 2010

Emmanuelle Lallement, LA VILLE MARCHANDE


Emmanuelle Lallement
LA VILLE MARCHANDE
enquête à Barbès

préface de Yves Winkin
Téraèdre
2010


Présentation de l'éditeur
Une ethnologue nous convie à des promenades dans ce " Barbès ", autant mythe que quartier de Paris, connu bien au-delà des limites de la capitale, voire de la France.
D'une lecture plaisante, ce livre est néanmoins en passe de devenir un des classiques de l'ethnologie urbaine, tant l'acuité du regard et la pertinence des analyses y sont grandes.

Emmanuelle Lallement est ethnologue, maître de conférences à l'Université Paris-Sorbonne-CELSA et associée au LAIOS, Institut interdisciplinaire d'anthropologie du Contemporain, EHESS-CNRS.

Aucun commentaire: