Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



samedi 28 janvier 2012

Symposium : L’Université après Fukushima, dialogue franco-japonais de l’ARESER, 24 février 2012 + Crise du crédit universitaire

Symposium public avec traduction simultanée
Vendredi 24 février 2012 / 14 h – 18 h / Auditorium
à la  La Maison Franco-Japonaise
Adresse :
3-9-25, Ebisu, Shibuya-ku, Tokyo 150-0013


* L'accès aux manifestations de la MFJ (séminaire fermé de recherche exclu) est libre et gratuit, dans la limite des places disponibles, merci de vous inscrire auprès de contact[à ajouter @mfj.gr.jp].

Modérateur : OKI Sayaka (Univ. de Hiroshima)
Intervenants :
  • Christophe CHARLE (Univ. Paris 1)
  • NAKAMURA Masaki (Univ. d’Osaka)
  • Frédéric NEYRAT (Univ. de Limoges)
  • OKAYAMA Shigeru (Univ. Waseda)
  • SHIRAISHI Yoshiharu (Univ. Sophia)
  • Charles SOULIÉ (Univ. Paris 8 )

Organisation : ARESER Japon
Co-organisation : Bureau français de la Maison franco-japonaise

+ Crise du crédit universitaire, par Christophe Charle et Charles Soulié, membres de l'Association de réflexion sur les enseignement supérieurs et la recherche (Areser), Point de vue | LEMONDE | 19.01.12 |


Aucun commentaire: