Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



samedi 12 janvier 2013

video: "Quels féminismes pour changer la société ?", Séminaire de la Fondation Copernic, 08.01.2013

"Quels féminismes pour changer la société ?"



Cinquième séance, le 8 janvier 2013, de la saison 2012-2013 du Séminaire mensuel de la Fondation Copernic, "PENSÉES ET PRATIQUES D’ÉMANCIPATION", en partenariat avec la revue Mouvements et avec le soutien du programme ANR UTOPIES19

Les invité-e-s :
  • Geneviève FRAISSE, philosophe et historienne du féminisme, directrice de recherche au CNRS, ancienne présidente du comité scientifique de L’Institut Émilie du Châtelet et ancienne députée au Parlement Européen ; elle a récemment publié À côté du genre. Sexe et philosophie de l’égalité (Le Bord de l’eau, 2010) et un livre d’entretien, La Fabrique du féminisme (Le Passager clandestin, 2012)
  • Roland PFEFFERKORN, professeur de sociologie à l’Université de Strasbourg, membre du laboratoire CNRS "Cultures et Sociétés en Europe", est spécialiste des inégalités sociales dans la France contemporaine, privilégiant une approche croisant rapports sociaux de sexe et de classe ; co-auteur, notamment de Chemins de l’émancipation et rapports sociaux de sexe (La Dispute, Collection "Le genre du monde", 2009), et du Système des inégalités (La Découverte, 2008)
  • Catherine ACHIN, professeure de Science politique à l’Université Paris Est-Créteil, membre du CRESPPA (Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris), propose une sociologie des mouvements féministes et une histoire sociale des idées féministes ; co-auteure, notamment, de Sexes, genre et politique (Economica, 2007) et de Femmes en politique (La Découverte, coll. Repères, 2006).
GENEVIÈVE FRAISSE



CATHERINE ACHIN


ROLAND PFEFFERKORN 



(source: Fondation Copernic)

Aucun commentaire: