Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



mercredi 20 novembre 2013

Caroline Mazaud, L'artisanat français. Entre métier et entreprise

Caroline Mazaud
L'artisanat français
Entre métier et entreprise
P.U.Rennes
2013

Table des matières


Présentation de l'éditeur
D ’un côté le boulanger ou le potier, travaillant seul et ne produisant que des objets singuliers et en petite série ; de l’autre, l’artisanat « première entreprise de France », créateur de richesse et d’emploi. Entre ces deux images, où se situe la réalité de l’artisanat français ? 
Ce livre reprend une question qui n’avait pas fait l’objet d’enquêtes approfondies depuis les années 1970-1980. En comparant la génération issue du baby-boom qui part aujourd’hui à la retraite et celle qui s’est récemment installée, cet ouvrage s’attache à comprendre les transformations de l’artisanat. Il révèle que les modes d’accès au statut d’artisan se diversifient. 
Appuyés par une politique visant à réduire le chômage par l’incitation à la création d’entreprise, les représentants des artisans visent le développement économique et l’emploi artisanal, en même temps qu’une ouverture du groupe des artisans à de nouveaux entrants. L’environnement socioéconomique favorise cette politique qui trouve un écho chez des individus éprouvant des difficultés à se placer dans l’emploi, soit que leur formation initiale ne leur offre pas les débouchés attendus, soit que leurs conditions d’emploi et de travail dégradées les conduit à se reconvertir. Finalement, le groupe des artisans, moins typé, qui réunit des individus aux parcours et aux savoirs variés, se donne moins à voir sous les traits d’un groupe social
Caroline Mazaud, sociologue, est membre du Cens (Centre nantais de sociologie). Ce livre est tiré de sa thèse intitulée « Entre le métier et l’entreprise. Renouvellement et transformations de l’artisanat français », soutenue à l’université de Nantes en 2009.


Aucun commentaire: