Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



mercredi 1 avril 2015

L'Œil littéraire. La vision comme opérateur scriptural, Etudes réunies par Paul Dirkx

L'Œil littéraire
La vision comme opérateur scriptural
Etudes réunies par Paul Dirkx
P.U.Rennes
2015

Les auteurs

Présentation de l'éditeur
LE regard, qu’il soit insensible ou insistant, discret ou fuyant, semble être inhérent à l’écriture littéraire, quels que soient l’époque, l’aire géographique, le genre ou le type d’écrivain considérés. Toutes les strates textuelles recèlent quelque dispositif optique, du coup d’œil de tel personnage à la visualisation par l’auteur de fragments de son texte en passant par les figures de style imagé ou la focalisation du narrateur. Écriture littéraire et perception visuelle apparaissent comme naturellement coextensives. À telle enseigne que cette relation passe souvent pour une évidence qui ne demande plus vraiment à être examinée. 
En dix chapitres consacrés à autant de corpus relevant des principaux genres et couvrant les xvii e - xxi e siècles, ce livre fait le point sur la question, tout en ouvrant de nouvelles pistes de recherche. Ainsi, l’écriture littéraire entendue comme « écriture-vision » permet de réévaluer le rôle de la lecture en termes de « lecture-vision » plus ou moins compatible. Véritable matrice de vision spéci - fiquement littéraire, cet « œil littéraire » est également un révélateur singulier des options poétiques ou éthiques qui travaillent le texte. Il permet d’avoir une perspective enrichissante sur l’œuvre d’auteurs aussi différents que La Bruyère, Diderot, Woolf ou Bonnefoy, mais aussi sur les logiques et l’évolution du champ littéraire dans son ensemble, espace de points de vue sur la littérature.

Paul Dirkx (université de Lorraine) travaille sur le corps de l’écrivain. Il est l’auteur de livres tels que la Sociologie de la littérature (2000), Les « amis belges ». Presse littéraire et franco-universalisme (2006) et, avec Pascal Mougin, Claude Simon : situations (Lyon, ENS Éditions, 2011).

Aucun commentaire: