Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



jeudi 8 septembre 2016

Denis Bocquet et Pascale Laborier, Sociologie de Berlin


Denis Bocquet et Pascale Laborier 
Sociologie de Berlin 
La Découverte
Repères
2016


Présentation de l'éditeur
Transformée par les immenses chantiers qui ont fait d’elle la capitale de l’Allemagne unifiée en 1991, Berlin est rapidement devenue l’aimant d’une nouvelle bohème européenne.
Elle réinvente aujourd’hui une nouvelle manière d’être capitale entre héritage de politiques sociales qui ont longtemps été considérées comme des modèles en Europe et évolution de son modèle de gouvernance de la diversité. Elle parvient lentement à résorber le chômage de masse, mais le confinement d’une partie de la population dans les mécanismes de l’aide sociale perdure.
Les quartiers de la contestation estudiantine ne sont quant à eux plus à l’abri de la gentrification et de la spéculation.
Berlin est au cœur de débats cruciaux sur les enjeux urbains du XXIe siècle que ce livre analyse également dans le contexte du défi posé par l’accueil de dizaines de milliers de réfugiés.  
Denis Bocquet est professeur d’histoire et théorie de l’architecture et de la ville à l’École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg (laboratoire AMUP). Il vit à Berlin depuis 2004.
Pascale Laborier, professeure de science politique à l’université de Nanterre/Institut des sciences sociales du politique (ISP), a été professeure invitée à la Technische Universität, avant de diriger le centre Marc-Bloch à Berlin de 2005 à 2010.
 
 

Aucun commentaire: