Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



lundi 30 avril 2018

Domingo Garcia, Le mezcal. Enfant terrible du Mexique


Domingo Garcia
Le mezcal
Enfant terrible du Mexique
Presses universitaires François-Rabelais
Civilisations étrangères
2018


préface

Présentation de l'éditeur
Le mezcal est la boisson identitaire des Mexicains. Issu de la distillation de l’agave, ce spiritueux est encore très mal connu en dehors de son pays d’origine. Ignoré du grand public, le véritable mezcal exerce une fascination transculturelle auprès des connaisseurs du monde entier. Cette eau-de-vie est aujourd’hui l’un des spiritueux les plus en vogue.
L’histoire du mezcal c’est aussi celle du Mexique. Cette boisson symbolise la quintessence de la culture mexicaine. La fabrication artisanale, la large palette aromatique et la production biologique font la spécificité de cet « enfant terrible du Mexique ».
Le renouveau du mezcal prend sa source au Mexique et aux États-Unis. Son passage par les circuits culturels internationaux participe à sa découverte et sa légitimation. Distillé et consommé principalement par les populations indigènes d’origine rurale, il a longtemps été ignoré, voire méprisé par les élites qui aujourd’hui en sont particulièrement friandes.
Ce livre analyse le processus de réhabilitation du mezcal. Il donne à voir la manière dont se construit son nouveau statut symbolique, révèle les contradictions liées au développement économique du Mexique. Par là même, il mesure l’évolution des rapports économiques et sociaux qui sous-tendent ce processus. Combinant une analyse sociologique et historique, cet ouvrage propose au lecteur un véritable voyage au « pays du mezcal ».
Domingo Garcia, sociologue, est maître de conférences en études latino-américaines à l’Université de Lille et chercheur au Centre d’études en civilisations, langues et lettres étrangères (CECILLE-Lille). Chercheur associé au Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP-EHESS/Paris 1), il est également membre du Système national des chercheurs (SNI) et du Conseil national de science et technologie (CONACYT) au Mexique.

 

Aucun commentaire: