(David Hume, in Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, Seuil, Collection Liber, 1997, Points, 2003 P.257, aussi in Sur l'Etat. Cours au Collège de France 1989-1992, Raisons d'agir/Seuil, 2012, p.257-258)"Rien n'est plus surprenant pour ceux qui considèrent les affaires humaines avec un oeil philosophique que de voir la facilité avec laquelle la majorité (the many) est gouvernée par la minorité (the few) et d'observer la soumission implicite avec laquelle les hommes révoquent leurs propres sentiments et passions en faveur de leurs dirigeants. Quand nous nous demandons par quels moyens cette chose étonnante est réalisée, nous trouvons que, comme la force est toujours du côté des gouvernés, les gouvernants n'ont rien pour les soutenir que l'opinion. C'est donc sur l'opinion seule que le gouvernement est fondé et cette maxime s'étend aux gouvernements les plus despotiques et les plus militaires aussi bien qu'aux plus libres et aux plus populaires"

samedi 7 mai 2011

en ligne: Actes de la recherche en sciences sociales n° 161-162, 2006/1-2, Cinéma et intellectuels. La production de la légitimité artistique


Page 4 à 9
Julien Duval et Philippe Mary   Retour sur un investissement intellectuel

Page 10 à 31
Yvette Delsaut   Lumière d'ambiance sur les années 1930 Un après-midi avec Henri Storck

Page 32 à 41
Fabio Andreazza   La conversion de Pirandello au cinéma

Page 42 à 65
Philippe Mary   Le cinéma de Jacques Tati et la « politique des auteurs »

Page 66 à 79
Frédérique Matonti   Une nouvelle critique cinématographique

Page 80 à 95
Natalie Zemon Davis   Un débat en coulisses Trumbo, Kubrick et la dimension historique de Spartacus, 1960

Page 96 à 115
Julien Duval   L'art du réalisme Le champ du cinéma français au début des années 2000

Page 116 à 121
Wafa Ghermani   Une opposition de styles Note de recherche : Sur deux festivals du cinéma asiatique en France

Document de travail

Page 122 à 136
Yann Darré   Esquisse d'une sociologie du cinéma
Résumé ]Version HTML ]Version PDF ]

Aucun commentaire: