Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


dimanche 8 septembre 2013

La gauche radicale en Europe, Jean-Numa Ducange - Philippe Marlière - Louis Weber

La gauche radicale en Europe
Jean-Numa Ducange
Philippe Marlière
Louis Weber
éditions du Croquant
2013

Présentation de l'éditeur
La gauche de transformation sociale est-elle condamnée à demeurer minoritaire en Europe ? Ce livre présente cette famille politique engagée dans un vaste effort de refondation commencé après la chute du mur de Berlin. Les auteurs rappellent la trajectoire historique de la gauche anticapitaliste et font le point sur son évolution. Ils abordent les questions d’organisation, de programme, ainsi que les débats idéologiques qui la traversent.
Cette gauche se nourrit de l’histoire de plus d’un siècle de combats pour la justice sociale, l’émancipation des dominés et la démocratie. Elle intègre des identités diverses (communiste, trotskiste, maoïste, socialiste, républicaine). Cette gauche creuset participe aux luttes des nouveaux mouvements sociaux (altermondialisme, écologie, rapports de genre), souhaite élargir son assise électorale et aspire à gouverner. Elle cherche à construire des alliances à partir d’une communauté de vue sur les problèmes que les sociétés européennes affrontent et sur les solutions à y apporter. Se distinguant en cela d’une gauche purement protestataire, les composantes de la gauche radicale s’accordent, à partir d’expériences nationales différentes, sur la nécessité de rompre avec les politiques néolibérales qui ont plongé les pays européens dans une profonde crise politique et économique.
Jean-Numa Ducange est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Rouen.
Philippe Marlière est professeur de science politique à University College London (université de Londres).
Louis Weber coordonne la rédaction de la revue Savoir/agir. 

Sommaire
Introduction
État des lieux
Les regroupements européens de la gauche radicale
Le Parti de la gauche européenne (PGE)
L’Alliance de la gauche verte nordique
La Gauche anticapitaliste européenne (GACE)
Le groupe parlementaire Gauche unie européenne/Gauche verte nordique (GUE/NGL)
Le réseau Transform !
Les partis nationaux
Des pays où la gauche radicale est faiblement implantée
Des pays où la gauche radicale compte
La gauche radicale dans les pays scandinaves
La gauche radicale dans les pays du Sud
de l’Union européenne
Quelques repères historiques
Les héritages avant 1880
1880–1917 : naissance des grands partis. Gauches et mouvements ouvriers
1917–1945 : révolution russe, radicalisations politiques et alternatives au capitalisme
1945–1991 : crises et reconfigurations des gauches, de la guerre aux années 1970–1980
Convergences et divergences
La fausse mort de la gauche radicale
Une gauche « radicale »
Une idéologie commune ?
Percées et reculs électoraux
Cartel électoral ou nouveau parti ?
Environnement national et international
Que faire de l’Europe?
Conclusion

Aucun commentaire: