Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


samedi 15 février 2014

Sylvain Thine, Innover pour s’imposer. Consultants et conseil en nouvelles technologies

Sylvain Thine
Innover pour s’imposer
Consultants et conseil en nouvelles technologies
P.U.Rennes
2014


Présentation de l'éditeur
Un monde en mouvement permanent, porteur de transformations importantes dans les entreprises : telle est l’image la plus répandue du monde du conseil. À en croire les magazines économiques, ainsi que les dirigeants des sociétés de conseil ou les diplômés des grandes écoles, le conseil serait « un métier de rêve » ou encore « la nouvelle profession mondiale ». Abreuvée de discours d’excellence et de performance, cette profession en forte expansion qui laisse une large place aux jeunes serait ouverte à tous les « talents ». Prête à reconnaître les capacités de chacun, se pensant résolument à l’avant-garde, elle serait un vecteur à la fois de démocratisation et de consécration sociale. Car elle s’adapterait aux transformations économiques qui laisseraient place à de nouveaux profils. En bref, le conseil serait l’archétype de la forme à venir des métiers de demain : ouvert, innovant, équitable. 
Pourtant ces clichés ne résistent pas à l’analyse : non seulement la morphologie sociale des consultants est en tout point comparable à celle de nos élites, mais les logiques qui sous-tendent leurs modes d’actions et leurs pratiques s’accommodent des principes de hiérarchisation du monde économique, s’y ajustent et les renforcent. 
Ce livre, nourri d’enquêtes de terrain et étayé de données statistiques nouvelles, couvre une période charnière de l’histoire du conseil de 1990 à 2010, de l’émergence à la banalisation de « la nouvelle économie de l’information » et s’emploie à décrire l’évolution de la structure des activités de conseil notamment par l’analyse de l’utilisation d’un outil spécifique de gestion des flux d’information de l’ensemble des activités des grandes entreprises
Sylvain Thine, Membre associé au CESSP-CSE

Aucun commentaire: