Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



dimanche 18 octobre 2009

Pierre Bourdieu. Un philosophe en sociologie, Marie-Anne Lescourret, "Débats philosophiques"


pour info,


* ISBN : 978-2-13-057491-0

* Collection "Débats philosophiques"

* Date de parution : 21/10/2009

* PUF




présentation de l'éditeur

La renommée nationale et internationale de Pierre Bourdieu lui est venue de la sociologie, une sociologie un peu particulière, dite « des élites », ou plus communément, « de la domination », au fil de laquelle il ne se fit pas faute de fustiger les représentants de celle qu’il appelait « la discipline du couronnement », la philosophie.
C’était là pourtant son terroir d’origine, sa formation première, et la seule dans laquelle il possédât un diplôme (l’agrégation). Mais il ne voyait dans ses anciens « collègues » que des lectors figés dans une position scolastique qui les éloignait des urgences du monde et du « sens pratique ».
Pourtant, c’est à l’aide de la philosophie (dite « analytique ») qu’il critique la philosophie (sartrienne, heideggerienne), et vise à l’éduquer, qu’il forge les concepts majeurs de sa sociologie, comme l’habitus, la violence symbolique. Et l’enjeu de ses recherches est encore un enjeu philosophique, qui le rapproche de ceux qui ont voulu transformer le monde, au lieu de se borner à le penser.

Table des matières

I. Bourdieu, un philosophe en sociologie, par Marie-Anne Lescourret

II. L'habitus, de la philosophie à la sociologie et retour, par Juliette Grange

III. Une conception non scolastique de l'efficacité linguistique, par Bruno Ambroise

IV. Du pouvoir symbolique, sur une notion cardinale de la sociologie de Bourdieu et son contexte, par Camille Tarot

V. L'ontologie est-elle politique ? La question de la vérité dans la lecture de Heidegger par Bourdieu, par Jean Grondin

VI. Faire le temps. D'une phénoménologie des attitudes temporelles à une théorie des pratiques temporelles, par Jean-François Rey

VII. Sous l'égide de Pascal, par Pascal Delhom

A propos des auteurs

Ouvrage coordonné par Marie-Anne Lescourret, professeur associé à l’Université de Strasbourg. Elle a publié plusieurs essais biographiques dont Emmanuel Levinas (Flammarion, 1994, 2002, 2005) et Pierre Bourdieu vers une économie du bonheur (Flammarion, 2008).

Contributions de Bruno Ambroise, Pascal Delhom, Juliette Grange, Jean Grondin, Marie-Anne Lescourret, Jean-François Rey et Camille Tarot.

Les directeurs

Marie-Anne Lescourret, Yves Charles Zarka
---------

pour comparer on peut lire Critique n° 579-580: Pierre Bourdieu
1995
MINUIT


http://www.leseditionsdeminuit.com/


CHRISTIANE CHAUVIRÉ : Des philosophes lisent Bourdieu.
Bourdieu/Wittgenstein : la force de l'habitus

CHARLES TAYLOR : Suivre une règle

JACQUES BOUVERESSE : Règles, dispositions et habitus

RICHARD SHUSTERMAN : Bourdieu et la philosophie anglo-américaine

LOUIS PINTO : La théorie en pratique

CATHERINE COLLIOT-THÉLÈNE : La sociologie réflexive, l'anthropologie, l'histoire

LOÏC J.D. WACQUANT : Durkheim et Bourdieu : le socle commun et ses fissures

BRUNO KARSENTI : Le sociologue dans l'espace des points de vue

GÉRARD MAUGER: L'engagement sociologique

CARL E. SCHORSKE : Pierre Bourdieu face au problème de l'autonomie

Aucun commentaire: