Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


mardi 12 janvier 2010

Présentation du CSE

Directrice : Gisèle Sapiro

Directrice adjointe : Anne-Catherine Wagner

Secrétaire générale : Jocelyne Pichot

Date de création: 1968

Fondateur : Pierre Bourdieu

Le CSE poursuit ses activités, indissociablement scientifiques et pédagogiques, dans la continuité des principes qui ont été à l'origine de sa création par Pierre Bourdieu, c’est-à-dire sur une certaine manière de faire de la socilogie. Les membres du CSE partagent un même attachement au travail collectif : les recherches y sont souvent menées par deux ou plusieurs chercheurs et bénéficient, en outre, d'une réflexion collective dans le cadre de séminaires ou d'ateliers de travail. Ce primat du travail collectif rend en effet possible non seulement un contrôle croisé et une vigilance épistémologique accrue, mais aussi un cumul des savoirs et des connaissances théoriques

Cette intégration intellectuelle du groupe repose sur la volonté constante de dépasser l'opposition entre la théorie pure et la méthodologie empiriste. Elle conduit à poser les problèmes les plus généraux à propos d'objets circonscrits et justiciables, de ce fait, d'analyses rigoureuses. Elle soumet systématiquement les outils scientifiques (problématiques, concepts, démarches) à une critique fondée sur la connaissance de leur histoire. Elle induit le recours permanent à la méthode comparative afin de faire apparaître les objets de recherche comme autant de configurations singulières de relations, variables selon les pays et les époques

Pour favoriser la transmission des expériences scientifiques accumulées et l'exploitation de nouveaux terrains de recherche, le CSE étendra ses activités dans deux directions. En premier lieu, il assurera une meilleure diffusion de ses travaux, notamment grâce à la revue Actes de la recherche en sciences sociales, et à l'organisation d'entreprises collectives de recherche comme celle qui a conduit à la mobilisation d’un réseau de chercheurs qui ont contribué à l’ouvrage Pour une histoire sociale des sciences sociales (Paris, Fayard, 2004). Cette expérience s’est poursuivie grâce au réseau européen d’excellence « Pour un espace des sciences sociales européen » (ESSE) auquel le CSE a très activement participé. En second lieu, le CSE intensifiera, dans une perspective pluridisciplinaire et comparatiste, ses relations scientifiques avec d'autres centres de l'EHESS, de l’Université de Paris I et du CNRS, ainsi qu'avec des laboratoires relevant d'autres établissements, tant en France qu’à l’étranger.

Sur la base des relations de travail qui se sont établies et consolidées autour de problématiques, d'instruments conceptuels et d'outils forgés en commun avec de nombreux chercheurs, sociologues ou spécialistes d'autres sciences sociales, des rencontres internationales et pluridisciplinaires seront organisées. Parmi les thèmes qui sont envisagés et qui portent sur des sujets suffisamment larges et fédérateurs pour permettre d'utiles confrontations, on peut citer l'internationalisation de la culture et du droit, l’évolution du champ intellectuel dans ses relations avec les champs politique et économique, la transformation des rapports sociaux et économiques et leurs effets sur le système éducatif et les marchés de l'emploi, le rôle des médias dans le fonctionnement des différents champs, les transformations des modes de gestion et d’encadrement des jeunes des classes populaires, la formation d’un nouveau vocabulaire des institutions européennes, l'étude comparative des méthodes d'enquête, des catégories de l'entendement scientifique dans leurs relations avec les systèmes scolaires propres à chaque culture nationale..
http://cse.ehess.fr/

Aucun commentaire: