Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



mercredi 24 février 2010

séminaire: Sébastien CHAUVIN, « Sociologie politique du dispatcheur dans les agences de travail journalier aux États-Unis »

Le 1er mars prochain le séminaire public de l’équipe « Genre, Travail, Mobilités » du laboratoire CRESPPA accueillera :


Sébastien CHAUVIN
[sociologue, professeur assistant à l’université d’Amsterdam]

« Sociologie politique du dispatcheur
dans les agences de travail journalier aux États-Unis »


L’étude de la structure hiérarchique temporelle sur laquelle se positionnent les travailleurs dans les agences de « day labor » américaines amène à se concentrer sur le pivot de cette différenciation : la figure intermédiaire du « dispatcheur », son expérience subjective autant que son existence institutionnelle comme dispositif de marché du travail. Le dispatcheur est la personne chargée de combiner les exigences parfois contradictoires entre des impératifs de discipline qui le dépassent, les urgences économiques qui surgissent en période de forte demande de travail, et les souffrances psychologiques des journaliers – majoritairement des noirs et des sans-papiers hispaniques – en période de pénurie, surtout l’hiver. Il est le point focal sur lequel se projettent les rapports sociaux de temps à l’intérieur de l’agence. « Personne » réelle, il est aussi en retour l’objet d’investissements « personnels » de la part de journaliers cherchant à réduire l’incertitude qui pèse sur eux, au besoin en la transférant sur les autres.

Discutante : Danièle Linhart (sociologue, CRESPPA-GTM)


La séance débutera à 14h (jusqu’à 16h30 environ)
Lieu : site Pouchet, 59-61 rue Pouchet, à Paris, dans le 17ème arrondissement
(métro : ligne 13, arrêts Brochant ou Guy Môquet ; bus 66, arrêt La Jonquière)
Salle des conférences (rez-de-chaussée)



A propos de Sébastien Chauvin :

Sébastien Chauvin est sociologue, professeur assistant à l’université d’Amsterdam, et chercheur à l’Institute for Migration and Ethnic Studies. Il est l’auteur des Agences de la Précarité. Journaliers à Chicago (Le Seuil, Coll. « Liber », à paraître en avril 2010). Ses recherches actuelles portent principalement sur les liens entre illégalité, précarité de l’emploi et incorporation civiques pour les nouveaux migrants en Europe et aux États-Unis. Il est membre du collectif de recherche ASPLAN sur la grève des travailleurs sans papiers en France.

Aucun commentaire: