Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



jeudi 1 avril 2010

Parution: Sébastien Chauvin, Les Agences de la précarité


Sébastien Chauvin
Les Agences de la précarité
Journaliers à Chicago

Collection Liber
SEUIL
2010



Présentation de l'éditeur
Qu’il soit célébré pour sa flexibilité ou dénoncé pour son caractère impitoyable, le marché du travail américain fait l’objet en Europe d’une attention continue. Il est cependant rarement exploré de première main. C’est ce projet qu’a mené l’auteur au cours d’une enquête de deux années à Chicago parmi les travailleurs les plus précaires du pays : les hommes et les femmes, immigrés mexicains sans papiers ou sous-prolétaires afro-américains, employés par des agences de travail journalier. Attendant à l’aube avec eux les offres d’emplois quotidiennes dans les locaux de ces établissements, travaillant à leurs côtés dans les usines de la région, et militant enfin dans les organisations où ils se mobilisent, il en dresse un portrait qui renouvelle notre vision de la précarité aux États-Unis et complexifie les théories contemporaines sur la fonction des intermédiaires du marché du travail. Il montre que les agences sont moins là pour faciliter le licenciement des travailleurs que pour assurer leur disponibilité permanente, qui implique de longues phases d’attente gratuite. Il met aussi en évidence les contradictions de l’utopie néolibérale de la flexibilité absolue : dans les usines et les entrepôts, l’emploi massif, durable et régulier de la main-d’œuvre journalière oblige en effet à la traiter « en masse » et interdit le recours des directions aux formes les plus extrêmes d’intermittence ou d’individualisation.

Sébastien Chauvin est sociologue, professeur assistant à l’université d’Amsterdam et chercheur à l’Institute for Migration and Ethnic Studies.

Aucun commentaire: