Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


mardi 29 juin 2010

Anne Fagot-Largeault, Médecine et philosophie


Anne Fagot-Largeault
Médecine et philosophie
PUF
2010



Présentation de l'éditeur
L’engagement médical implique toute une philosophie. Une métaphysique, parce que la médecine trouve sa raison d’être dans le constat de la réalité des maux qui affligent les vivants. Une épistémologie, parce qu’une connaissance du normal et du pathologique est la nécessaire condition d’une lutte intelligente contre ces maux. Des dilemmes moraux, parce que cette lutte associe la recherche du bien des malades individuels, le respect de leur autonomie, et la prise en compte de l’intérêt collectif.
C’est cette philosophie de l’acte médical que les essais ici réunis entreprennent d’expliciter, en abordant notamment les défis méthodo­logiques et ethiques de cet art, tout armé de technologies et au carrefour de multiples sciences, qu’est la médecine. L’auteur, philosophe et médecin, expose avec rigueur et clarté les stratégies utilisées par la recherche médicale pour détecter, identifier et classer les éléments pathogènes (étiologie des affections, logique de l’inférence diagnostique, recherche épidémiologique), les procédures employées pour évaluer les coûts et bénéfices des interventions thérapeutiques (notion de qualité de vie), et les problèmes moraux soulevés par la mise à disposition de services de santé (procréation médicalement assistée, suivi de la grossesse). De cette lecture, on sort convaincu que la sagessse médicale tient à un fragile équilibre entre dévouement à ceux qui souffrent, rationalité incluant l’acceptation du risque, et lucidité sur les limites de nos connaissances.

Table des matières

Introduction

I. — La philosophie de l’hygiène en 1878

II. — Calcul des chances et diagnostic médical

III. — Variation sur les notions de causalité et d’imputabilité

IV. — Approche médicale de la causalité dans les systèmes complexes

V. — Les droits de l’embryon (fœtus) et la notion de personne humaine potentielle

VI. — Le concept de maladie sous-jacent aux tentatives d’informatisation du diagnostic médical

VII. — La réflexion philosophique en bioéthique

VIII. — Enquête sur la notion de qualité de la vie

IX. — Procréation responsable

X. — Sur la compassion

Index des noms
Index des notions


Anne Fagot-Largeault, philosophe et psychiatre, est professeur au Collège de France, où elle occupe la Chaire de philosophie des sciences biologiques et médicales. Elles est notamment l’auteur de L’homme bioéthique. Pour une déontologie de la recherche sur le vivant (Maloine, 1985), Les causes de la mort. Histoire naturelle et facteurs de risque (Vrin & IIEP, 1989), et, avec D. Andler et B. Saint-Sernin, Philosophie des sciences (Gallimard, 2002).

Aucun commentaire: