Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



jeudi 4 novembre 2010

Antoine Lentacker, La science des institutions impures. Bourdieu critique de Levi-Strauss



Antoine Lentacker
La science des institutions impures
Bourdieu critique de Levi-Strauss

Cours & Travaux
Raisons d'agir
18 novembre 2010


Présentation de l'éditeur
Ce livre aborde la question des fondements de l’analyse des sociétés, et en particulier du caractère symbolique des institutions.
Sans s’en tenir à la lettre des critiques adressées par Pierre Bourdieu au structuralisme de Claude Lévi-Strauss, l’auteur dresse un tableau des différences profondes que leurs analyses impliquent, aussi bien du point de vue de la nature des systèmes symboliques et de l’économie des pratiques que de la théorie de la connaissance. Il montre en particulier comment une science sociale rigoureuse n’est pas incompatible avec une analyse des modes de domination qui s’expriment dans les institutions sociales.
Quoique rigoureux, ce livre a un caractère pédagogique et constitue une excellente introduction à deux des auteurs principaux des sciences humaines et sociales du XXe siècle. Il s’adresse aussi bien à des étudiants et des universitaires qu’à tous ceux qui souhaitent comprendre les relations conceptuelles entre l’anthropologie et la sociologie à partir des œuvres de deux auteurs majeurs de ces disciplines.

Sommaire
Avant-propos 7

1. Introduction 9

Qu’est-ce qu’une institution pure ? 11
Les institutions pures, objet idéal de la science sociale 16
Traiter les institutions impures comme si elles étaient pures 19
L’histoire, science des institutions impures 23

2. « Faire avec » l’histoire 27

L’échec de Boas 29
Explication historique et explication structurale.
L’exemple du mariage des cousins croisés 33
Il ne faut pas faire une théorie sociologique du symbolisme 39
La socialisation 43


3. Le sujet de l’histoire 51

L’histoire de Sartre 54
« Dissoudre l’homme ». Histoire et praxis individuelle 58
Les trois théories de la pratique de Lévi-Strauss 61
Sujet sans subjectivisme 64

4. Le langage du jeu 69

Ce que peut un corps 71
La double histoire 76
Le corps et l’inconscient 79
L’espace du jeu 82Le temps du jeu 86
L’illusio 89

5. Le langage de l’économie 93

L’économie en soi 95
Exemple : la parenté et le mariage 98
La mise en règle 103
Lévi-Strauss critique de Bourdieu 106
Économie sans économisme 112

6. Le langage de la lutte et de la domination 117

La sociologie de la religion comme sociologie de la connaissance 119
La sociologie de la religion comme sociologie du pouvoir. Champs et systèmes symboliques 124
La naturalisation 130
Les symboles impurs 134

7. Le langage 145

Sociologie et linguistique 147
Le pouvoir des mots 149
Économie et linguistique 156
Sociologie de l’objectivisme 159

8. Épistémologie structurale 163

La sociologie spontanée 166
Le structuralisme de Bourdieu 169
Le réalisme de la structure 174
Rupture épistémologique et rupture sociale 176

9. Histoire d’une institution pure 181

Champs autonomes et institutions pures 185
Champ scientifique et champ universitaire 188
Les leçons de la socioanalyse 194

Conclusion 199
Bibliographie 201

Antoine Lentacker est normalien, agrégé de philosophie. Il réalise un doctorat en histoire a l'Université de Yale. Ses travaux portent sur l'Europe contemporaine.

Aucun commentaire: