Pierre Bourdieu. Contre-feux, Éditions Raisons d’agir, 1998, p.100

‘‘Contre ce régime politique [le néolibéralisme], la lutte politique est possible. Elle peut se donner pour fin d’abord, comme l'action caritative ou caritativo-militante, d’encourager les victimes de l’exploitation, tous les précaires actuels et potentiels, à travailler en commun contre les effets destructeurs de la précarité (en les aidant à vivre, à « tenir » et à se tenir, à sauver leur dignité, à résister à la déstructuration, à la dégradation de l’image de soi, à l’aliénation), et surtout à se mobiliser, à l’échelle internationale, c’est-à-dire au niveau même où s’exercent les effets de la politique de précarisation, pour combattre cette politique et neutraliser la concurrence qu’elle vise à instaurer entre les travailleurs des différents pays’’.



lundi 13 décembre 2010

Pierre Bourdieu, Vive la crise! For heterodoxy in social science

Pierre Bourdieu, Vive la crise! For heterodoxy in social science, Theory and Society, Volume 17, Number 5 / September 1988, 773-787

Résumé
This article is based on notes prepaired for an invited lecture entitled ldquoBeyond the False Antinomies of Social Science,rdquo delivered at the Department of Sociology at the University of Chicago in April 1987. Since these notes were originally prepared for oral presentation with the intention of provoking discussion rather than for publication, certain passages have been omitted others added to elaborate briefly on remarks that could only be sketched out in the public presentation. The translation and bibliographic notes are by Loic J. D. Wacquant.

Aucun commentaire: